Cet article date de plus d'un an.

Réforme des retraites : "Il y a un climat dangereux, raison de plus pour mettre sur pause", estime Laurent Berger (CFDT)

Publié
Durée de la vidéo : 10 min
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, est l’invité des "4 Vérités" de France 2, lundi 27 mars.
Réforme des retraites : « Il y a un climat dangereux, raison de plus pour mettre sur pause », estime Laurent Berger (CFDT) Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, est l’invité des "4 Vérités" de France 2, lundi 27 mars. (France 2)
Article rédigé par France 2 - T. Sotto
France Télévisions
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, est l’invité des "4 Vérités" de France 2, lundi 27 mars.

Les manifestations contre la réforme des retraites sont parfois débordées par des éléments radicaux, ce qui provoque des violences. "On noie la contestation sociale dans ce qui malheureusement existe et qui est des actions violentes de quelques-uns en dehors des manifestations", précise Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, invité des "4 Vérités" de France 2, lundi 27 mars. "Il y a un climat qui est dangereux, raison de plus pour mettre sur pause, pour que le gouvernement comprenne que [l’âge de départ à la retraite à] 64 ans est rejeté et qu’il faut y revenir", ajoute-t-il.

Mobilisation : "On va au moins aller [jusqu’à la décision] du Conseil constitutionnel"

Que faut-il faire ? "Il faut un bougé du gouvernement très fort sur la question des retraites. Il faut qu’il dise : ‘Les 64 ans ne s’appliqueront pas et on rediscute des retraites et du travail’", estime Laurent Berger. Et le secrétaire général de la CFDT d’ajouter : "J’appelle le gouvernement à être responsable et à dire : ‘Écoutez, mettons sur la table le retrait des 64 ans’. On peut dire que c’est temporaire s’il faut le dire".

Une journée de mobilisation est prévue mardi 28 mars. Les syndicats ne veulent-ils pas mettre la mobilisation sur pause ? "On va au moins aller [jusqu’à la décision] du Conseil constitutionnel", conclut Laurent Berger.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.