Cet article date de plus d'un an.

Réforme des retraites : des associations et antennes syndicales appellent à manifester dès samedi "pour entretenir la flamme", sans attendre le 6 juin

Si les syndicats organisent le 6 juin prochain une 14e journée de mobilisation nationale, à Marseille, des associations et certaines antennes syndicales appellent à descendre dans la rue dès samedi pour une manifestation "de toutes les colères".
Article rédigé par Hugo Charpentier
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Manifestation contre la réforme des retraites, le 1er mai 2023, à Marseille. (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

Un fossé est-il en train de se creuser entre l'intersyndicale et certains manifestants ? Les centrales organisent une 14e journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites le 6 juin prochain.

Mais localement, des associations et certaines antennes syndicales appellent les Français à descendre dans la rue dès samedi, un mois avant donc, pour une manifestation "de toutes les colères". C'est le cas dans plusieurs villes comme à Lyon, Orléans, La Baule, mais aussi à Marseille.

"Il ne faut pas relâcher la pression !"

Pour ce militant associatif marseillais, pas question d'attendre le 6 juin proposé par l'intersyndicale. Une stratégie pas assez offensive selon lui. "J'avoue que quand j'ai vu tomber le 6 juin, je me suis dit que tout le monde allait bien comprendre qu'on ne pouvait pas attendre cette date-là tranquillement, explique-t-il. Il ne faut pas relâcher la pression !"

Ce militant sera donc présent samedi pour cette manifestation organisée par des associations et des partis politique de gauche. Les syndicats, eux, sont divisé : seuls la CGT, FSU et Solidaires se joignent au mouvement. Mais pas de quoi fragiliser l'unité syndicale, assure Caroline Chevet, secrétaire départementale FSU : 

"Le 6 juin est une journée absolument fondamentale à l'appel de l'intersyndicale. On le prépare dès maintenant. Mais réussir des journées, c'est aussi entretenir une mobilisation, entretenir la flamme, se retrouver régulièrement, continuer à de dire qu'on ne va pas lâcher !"

Caroline Chevet, FSU

à franceinfo

"Nous pensons qu'il est important aussi qu'on ait des manifestations locales." "C'est une des marques de ce mouvement, poursuit-elle, qui articule de grosses journées de l'intersyndicale nationale avec une masse de personnes dans la rue impressionnantes et des actions locales inventives, à géométrie variable. On a les casserolades en ce moment, par exemple, et toutes sortes de rassemblements d'actions ancrées dans les localités. Donc pour nous, c'est une action intermédiaire."

Et pour bien se distinguer de la bataille des retraites, cette mobilisation veut élargir les revendications, notamment en ce qui concerne les salaires et les conditions de travail.

A Marseille, des appels à manifester à nouveau contre la réforme des retraites dès le 6 mai : reportage de Hugo Charpentier

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.