Cet article date de plus de sept ans.

Le gouvernement veut réformer les retraites en esquivant les mesures impopulaires

Le gouvernement ne prévoit pour l'instant ni baisse des pensions, ni hausse des cotisations, ni augmentation de la durée de cotisation dans le cadre de la prochaine réforme des retraites.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Najat Vallaud-Belkacem, le 9 janvier 2013 à l'Elysée. (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

Français, dormez tranquilles. Le gouvernement ne prévoit ni baisse des pensions, ni hausse des cotisations, ni augmentation de la durée de cotisation dans le cadre de la prochaine réforme des retraites. C'est du moins ce qu'a déclaré, lundi 28 janvier, sa porte-parole, Najat Vallaud-Belkacem, sur BFMTV et RMC.

"Il y a d'autres solutions aujourd'hui qui existent. Regardez par exemple les propositions que fait la CFDT. Je ne dis pas qu'on va forcément s'inscrire exactement dans ce scénario-là, mais il y a des systèmes par exemple de retraite à la carte, ou par points", a poursuivi la porte-parole du gouvernement.

L'équilibre financier ne serait pas rétabli

Le Conseil d'orientation des retraites a cependant établi qu'un changement de système ne rétablirait pas en soi l'équilibre financier, un objectif qui suppose bien de modifier les principaux paramètres que sont la durée et le montant des retraites ou des cotisations. Mais pour le gouvernement, agir sur ces leviers reviendrait à prendre des mesures impopulaires.

Les nouvelles prévisions du Conseil d'orientation des retraites confirment pourtant la nécessité d'engager une nouvelle réforme pour équilibrer les comptes, dont le déficit dépasserait 20 milliards d'euros en 2017.

La réforme des retraites sera un des principaux sujets d'une nouvelle rencontre de la conférence sociale, en juillet, qui se penchera également sur le financement de la protection sociale au sens large.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.