La retraite vue par la génération 2004 : "Je ne sais pas si je vivrai jusqu'en 2068 !"

Depuis le début du mouvement contre la réforme des retraites, les organisations de jeunesse, lycéens et étudiants, appellent à se mobiliser au côté des syndicats de salariés. Mais de quoi parle-t-on au juste ? Notre reporter a posé la question aux premiers concernés.

Un graffiti devant le lycée Hélène Boucher, dans le 20e arrondissement de Paris.
Un graffiti devant le lycée Hélène Boucher, dans le 20e arrondissement de Paris. (ALEXIS MOREL / FRANCE-INFO)

Une discussion sur la retraite avec un adolescent de 15 ou 16 ans, c’est un peu de la science-fiction : "Retraite...? Chez moi, dans ma couette, me préparer à mourir. C'est le début de la fin, quoi. Quand je pense à retraite, je me dis : j'aurais quel âge ? Qu'est-ce que je vais faire de ma vie ? Où je serai ?"

"2068, c'est peut-être la fin du monde"

Après calcul, la retraite pour ces lycéens, de toute façon, ce ne sera pas avant 2068. "Ah oui…Quand même… 2068, c'est peut-être la fin du monde. Je ne sais pas si je vivrai jusqu'en 2068. Ça me paraît tellement lointain !" Gaspard et Julien se montrent très fatalistes.

Mes parents m'ont déjà dit que de toute façon, quand je serai vieux, je n'aurai pas de retraite.Julien, un lycéenà franceinfo

Alors, certes la retraite, c’est loin mais que pensent les jeunes de la réforme en cours ? Jules et Marc sont en première. Le premier est né en 2003, l’autre en 2004. Jules explique la réforme des retraites à Marc qui dit ne pas en avoir entendu parler : "En fait, tous les gens qui sont nés après 1975, ils vont accumuler des points tout au long de leur vie avec leur travail et après, ça sera transformé sous forme d'argent que tu pourras avoir chaque mois. 2004, c'est la première génération concernée."

Effectivement, la génération 2004 est celle qui basculera en 2022 dans le nouveau système des retraites. "C'est mal ?", s'inquiète alors Marc. "À ton avis, pourquoi il y a des grèves ? Ce n'est pas parce que c'est mieux, réfléchis un peu ! ", lui répond Jules, goguenard.

La retraite, "on n'essaie pas de nous en parler"

Le système à points, le régime universel… Luca et Tatiana s’y sont aussi intéressés ces derniers jours. "Comme on commence à travailler, enfin dans moins de dix ans, enfin on espère qu'on aura un travail, on se sent concernés parce que c'est dès la première année qu'on commence à cotiser pour la retraite", explique Luca, qui paraît un rien anxieux. Sa camarade Tatiana dresse un constat très simple : "On a l'impression que ça nous concerne mais qu'on ne nous en parle pas, pas à nous directement." 

Édouard Philippe, il a parlé des 2004 et en fait, j'ai l'impression qu'on n'en parle qu'aux adultes ou aux personnes qui travaillent déjà alors que ça va nous concerner nous.Tatiana, une lycéenne née en 2004à franceinfo

"On ne nous met pas au courant, on n'essaie pas de nous en parler", reproche Tatiana, qui ajoute, très logique, qu'avant la réforme des retraites, elle doit gérer la réforme... du bac. Chaque chose en son temps.

Les lycéens et la retraite, un reportage d'Alexis Morel.
--'--
--'--