L'Assemblée nationale adopte le premier des 65 articles du projet de réforme des retraites

Le premier article fixe les principes généraux du futur système universel de retraite.

Le secrétaire d\'Etat chargé des retraites, Laurent Pietraszewski, s\'adresse aux députés, lundi 24 février à l\'Assemblée nationale.
Le secrétaire d'Etat chargé des retraites, Laurent Pietraszewski, s'adresse aux députés, lundi 24 février à l'Assemblée nationale. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Au huitième jour d'examen, l'Assemblée nationale a adopté le premier des 65 articles du projet de loi de réforme des retraites, lundi 24 février, sous les applaudissements de la majorité. Entre rappels au règlement et suspensions de séance à répétition, il aura fallu 70 heures de débats pour venir à bout des quelque 2 200 amendements et sous-amendements déposés principalement par les oppositions, sur cet article qui fixe les principes généraux du futur système par points. Il a été validé par 89 voix contre 46.

"C'est un moment historique, nous allons mettre aux voix l'article premier", a ironisé la présidente de séance Annie Genevard (LR), après huit jours marqués par l'impossible dialogue entre la majorité et la gauche de la gauche. "Amendements points-virgules", "obstruction organisée"... Les "marcheurs" n'ont eu de cesse de condamner l'attitude des insoumis et des communistes. "Il n'y a pas de crise de financement (des retraites), alors pourquoi tout ce bazar" avec ce projet de loi, a estimé Jean-Luc Mélenchon (LFI), avant le vote.

L'article fixe les "objectifs sociaux et économiques"

L'article 1er vise à décliner les "principes généraux de la réforme", et aussi à en fixer les "objectifs sociaux et économiques". "La Nation affirme solennellement son attachement à un système universel de retraite qui, par son caractère obligatoire et le choix d'un financement par répartition, exprime la solidarité entre les générations", affirme-t-il.

L'article insiste sur les objectifs "d'équité", avec la garantie qu'"un euro cotisé ouvre les mêmes droits pour tous", de "lisibilité" et de "soutenabilité économique""Sous réserve d'un âge minimum", le projet de loi instaure aussi une "liberté de choix" dans l'âge de départ à la retraite. Le communiste Pierre Dharréville y voit un "exemple de la duplicité de ce texte" et l'insoumis Eric Coquerel le considère comme "l'alinéa le plus indécent".

Les députés ont légèrement retouché cet article, ajoutant la prise en compte des aidants familiaux, du handicap et encore la garantie d'un "niveau de vie digne" pour les retraités.