DIRECT. Grève contre la réforme des retraites : le patron de la SNCF Jean-Pierre Farandou demande aux cheminots de "faire une pause" pendant les fêtes

Le patron de la SNCF a appelé vendredi les cheminots en grève à "faire une pause" pendant les fêtes, des responsables syndicaux renvoyant aussitôt la balle dans le camp du gouvernement.

Jean-Pierre Farandou à Chamberry (Savoie), le 8 novembre 2019.
Jean-Pierre Farandou à Chamberry (Savoie), le 8 novembre 2019. (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Face à la grève contre la réforme des retraites, la SNCF s'organise en vue des fêtes. Car la grève devrait perturber les départs de Noël si elle se poursuit ces prochains jours, d'autant qu'il faut plusieurs jours après la fin d'un mouvement pour revenir à un service normal. Le patron de la SNCF Jean-Pierre Farandou a appelé vendredi 13 décembre les cheminots en grève à "faire une pause" à Noël. Suivez les derniers éléments de la journée dans notre direct. 

 "Une pause" pendant les fêtes. Le patron de la SNCF Jean-Pierre Farandou a appelé les cheminots en grève à "faire une pause" pendant les fêtes. Des responsables syndicaux ont aussitôt renvoyé la balle dans le camp du gouvernement : pour Sébastien Mariani, secrétaire général adjoint de la CFDT-Cheminots, "le meilleur moyen pour qu'il y ait des trains à Noël, c'est qu'il y ait des réponses à nos revendications d'ici au 17 décembre".

 Borne appelle les conducteurs grévistes à "entendre les difficultés" des usagers. La ministre de la Transition écologique et des Transports, Elisabeth Borne, a appelé, vendredi, les grévistes de la SNCF et de la RATP en grève à "entendre les difficultés des Français" et à se "mettre à la table des négociations", assurant que "75% des conducteurs ne sont pas concernés par la réforme" des retraites. La CGT-cheminots "portera la responsabilité devant les Français" de "vouloir poursuivre la grève au-delà de Noël", a quant à lui affirmé Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'État chargé des transports, sur franceinfo ce matin. 

Le trafic encore très perturbé dans les transports. Les prévisions sont quasi identiques la RATP, avec huit lignes de métros fermées (2, 3bis, 5, 6, 7bis, 10, 12 et 13). Un accident grave de voyageur à la gare de Lyon a interrompu le trafic sur le RER a vendredi matin et saturé la ligne 1. Du côté des bus et des trams, seuls 50% roulent. A la SNCF, les prévisions de trafic sont quasi identifiques depuis une semaine : 1 TGV sur 4, 4 TER sur 10 et 1 Transilien sur 4 doivent circuler. Côté Intercités, 1 train sur 4 circulera, en moyenne. "Bien sûr que nos allons rembourser" les voyageurs touchés par la grève, a garanti la présidente de la RATP, sur Europe 1.

Mobilisation en baisse à la SNCF. Selon les chiffres donnés par la direction de l'entreprise, le taux de grévistes descend à 13,3% ce vendredi. Celui des conducteurs baisse également, à 66,8%.

Des écoles et des crèches un peu moins au ralenti. Si les enseignants estiment être les grands perdants de la réforme, la mobilisation est en baisse dans l'éducation nationale. Mardi, le taux de grévistes était de 12,41% dans le primaire et de 19,41% dans le secondaire (collèges et lycées), selon le ministère, et de respectivement 30% et 62% d'après les syndicats. "C'est très différent d'une région à l'autre, Paris en particulier dénote par un taux de grève plus important, autour de 35%", avait indiqué le ministre Jean-Michel Blanquer sur France Inter. Les crèches sont également perturbées, le personnel ne pouvant se déplacer en raison de la grève dans les transports. 

Un appel à manifester pour le 17 décembre. La CFDT, qui a estimé que la "ligne rouge" a été "franchie" avec l'instauration d'un âge pivot à 64 ans, a appelé à descendre dans la rue, de même que la CFTC et l'Unsa, lors de la prochaine grande mobilisation le 17 décembre à l'initiative de la CGT, FO, FSU, Solidaires et quatre organisations de jeunesse. Du côté de la CGT-Cheminots, premier syndicat à la SNCF, et de l'Unsa, première organisation à la RATP, on est prêt à faire durer le mouvement jusqu'aux fêtes de Noël. 

Le gouvernement veut reprendre le dialogue. Jeudi matin, gouvernement et majorité ont multiplié les appels du pied pour que la CFDT accepte de reprendre la négociation. Edouard Philippe s'est engagé à appeler les partenaires sociaux afin de "voir avec eux comment reprendre rapidement le dialogue". "Je suis prêt à discuter, évidemment qu'on va discuter", a répondu le patron de la CFDT, Laurent Berger, plaidant pour "retrouver le chemin du dialogue". Mais, a-t-il averti, "vouloir être constructif, ça ne veut pas dire se laisser marcher dessus".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GREVE

23h40 : Le président de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, a appelé les cheminots en grève à "faire une pause" pendant les fêtes de Noël. "Il est en service commandé par le gouvernement", a regretté sur franceinfo Rémi Aufrère-Privel, secrétaire général adjoint de la CFDT Cheminots.

22h42 : Bonjour @Sophie. Sur la question d'un geste financier sur les abonnements dans les transports, le secrétaire d'Etat Jean-Baptiste Djebbari rappelle qu'il s'agit de la compétence des régions. Pour le pass Navigo, géré par la RATP en contrat avec la région Ile-de-France, "en général, 50% des abonnements sont remboursés, parfois jusqu'à 100%. Mais ça, c'est la responsabilité de la région de Mme Valérie Pécresse." Rien de sûr donc pour le moment.

22h42 : Bonsoir FranceInfo Pouvez-vous confirmer que les titulaires de NAVIGO vont être indemnisés au prorata du nombre de jours de grève ??Merci !

20h00 : Il est l'heure de faire un point sur l'actualité :

Le préfet de la Seine-Maritime annonce avoir signé l’arrêté d’autorisation de réouverture partielle de l’usine Lubrizol, moins de trois mois après l'incendie.


Le trafic sera "extrêmement perturbé" à la RATP demain tandis que la SNCF annonce un trafic "très perturbé" ce week-end avec 1 TGV sur 4, 1 Transilien sur 6 et 3 TER sur 10. Le président de la SNCF demande aux cheminots de "faire une pause" pendant les fêtes.

Une marée humaine a envahi le centre d'Alger pour conspuer le nouveau chef de l'Etat élu, Abdelmadjid Tebboune, un ex-fidèle du président déchu Abdelaziz Bouteflika, au lendemain d'un scrutin très largement boycotté par les Algériens : 60% des inscrits sur les listes électorales n'ont pas voté.

Les Pyrénées-Atlantiques ont été placées en vigilance rouge "inondation" en raison notamment d'importants risques de crues du Gave d'Oloron, un affluent de l'Adour. Dix autres départements sont en vigilance orange. Suivez notre direct.

Un homme menaçant des policiers à l'arme blanche a été abattu ce matin dans le quartier d'affaires de la Défense, près de Paris. Âgé de 42 ans, l'homme s'était enfui d'un hôpital psychiatrique au mois de juin."Les investigations ne permettent pas de rattacher cette tentative de meurtre à du terrorisme", a déclaré la procureure de Nanterre

19h31 : La grève dans les transports a eu "un impact tout à fait mesurable à hauteur de 10%" de la collecte de sang. Le docteur François Charpentier, directeur de la collecte à l'Etablissement français du sang, explique qu'il y a eu "des annulations de collecte la semaine dernière, notamment dans des entreprises parce que les gens ne sont pas au travail".

19h13 : "Les familles comprendraient difficilement que nos trains ne roulent pas alors qu'elles comptent sur nous pour voyager (...) Je demande à ceux qui sont dans le mouvement de réfléchir à faire une pause pendant les fêtes", dit le président de la SNCF dans une vidéo.

19h07 : Le président de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, demande aux cheminots de "faire une pause" pendant les fêtes

18h07 : Il est l'heure de faire un point sur l'actualité :

Le trafic sera "extrêmement perturbé" à la RATP demain tandis que la SNCF annonce un trafic "très perturbé" ce week-end avec 1 TGV sur 4, 1 Transilien sur 6 et 3 TER sur 10.

Une marée humaine a envahi le centre d'Alger pour conspuer le nouveau chef de l'Etat élu, Abdelmadjid Tebboune, un ex-fidèle du président déchu Abdelaziz Bouteflika, au lendemain d'un scrutin très largement boycotté par les Algériens : 60% des inscrits sur les listes électorales n'ont pas voté.

Les Pyrénées-Atlantiques ont été placées en vigilance rouge "inondation" en raison notamment d'importants risques de crues du Gave d'Oloron, un affluent de l'Adour. Dix autres départements sont en vigilance orange. Suivez notre direct.

Un homme menaçant des policiers à l'arme blanche a été abattu ce matin dans le quartier d'affaires de la Défense, près de Paris. Âgé de 42 ans, l'homme s'était enfui d'un hôpital psychiatrique au mois de juin."Les investigations ne permettent pas de rattacher cette tentative de meurtre à du terrorisme", a déclaré la procureure de Nanterre

17h33 : Le trafic sera "extrêmement perturbé" à la RATP demain avec neuf lignes de métro fermées et 50% des bus en circulation. Tous les détails dans notre article.

17h27 : Les syndicats d'enseignants ont été reçus aujourd'hui par le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, concernant la réforme des retraites. Ils se disent "plutôt satisfaits de leurs échanges avec le ministre", explique un journaliste de France 2. Des revalorisations salariales "conséquentes" ont notamment été promises. Mais en l'attente de précisions sur le montant de cette enveloppe, ils maintiennent leur appel à la grève mardi.

17h00 : En début de semaine, les voyageurs devraient y voir plus clair pour leurs départs en train. La porte-parole du groupe SNCF annonce qu'un plan de transports pour "les longues distances" sera présenté mardi "de façon totalement garantie jusqu'au dimanche 22 décembre". Chaque client qui avait un billet réservé sur cette période recevra un SMS avec des informations sur leur trajet et des alternatives en cas de suppression de train.

16h53 : La SNCF annonce un trafic"très perturbé" ce week-end avec, en moyenne, un TGV sur quatre, un Intercité sur cinq samedi et un sur dix dimanche, trois TER sur dix et un Transilien sur six.

14h53 : Vous l'avez peut-être constaté : le télétravail peine à se généraliser. Il est pratiqué par seulement 7,2% de l'ensemble des salariés, selon les chiffres de 2017. Entre méfiance des employeurs et freins matériels, on vous en dit plus sur les réticences françaises vis-à-vis de cette pratique.




14h26 : Je vous propose un petit "best-of" de nos articles du jour :

Un reportage de notre journaliste Raphaël Godet à la gare d'Austerlitz à Paris, où les cheminots se préparent à faire grève pendant les fêtes.

Des agents SNCF et RATP expliquent comment ils gèrent tant bien que mal la cohue dans les transports.

En restant flou sur la pénibilité, chère à la CFDT, le gouvernement se laisse une marge de négociation. Mais quelles sont vraiment les marges de manœuvre pour des négociations sur ce sujet ? On vous explique.

Les terrasses chauffées en plein hiver, amies ou ennemies du climat ? Notre journaliste Lisa Beaujour vous en dit plus dans cette vidéo.


13h41 : A Paris, la chute des réservations inquiète les petits théâtres et salles de spectacle, à quelques jours de la période très attendue des fêtes de fin d'année. Par ailleurs, quinze représentations ont été annulées à l'Opéra, certains employés ayant décidé de faire grève. Notre article vous explique comment la culture à Paris est affectée par la grève.

13h24 : Bonjour @Privé aussi, vous avez raison de le souligner : les agents du secteur public ne sont pas les seuls à faire grève. Dans le cortège parisien mardi, des salariés du privé ont expliqué à France Inter pourquoi ils étaient venus manifester.

13h04 : Le taux de grévistes à la SNCF poursuit sa décrue avec 13,3% de salariés grévistes contre 17,3% hier. La direction du groupe note également une baisse de la mobilisation des conducteurs et des contrôleurs, comme le montre ce graphique.


12h12 : Il est midi et voici l'essentiel de l'actualité à la mi-journée :

Quatre des huit raffineries de métropole étaient touchées par la grève ce matin, en attendant une cinquième qui pourrait rejoindre le mouvement à la mi-journée, a affirmé la CGT Chimie.

Boris Johnson est arrivé au palais de Buckingham pour être renommé Premier ministre, après la victoire de son parti aux élections législatives.


La vigilance orange concerne désormais 12 départements. Il s'agit de l'Isère, de la Savoie, de l'Ariège, de l'Aveyron, de la Corse-du-Sud, de la Haute-Corse, de la Haute-Garonne, du Gers, des Landes, des Pyrénées-Atlantiques, des Hautes-Pyrénées et du Tarn.

Abdelmadjid Tebboune a été déclaré vainqueur de l'élection présidentielle algérienne avec plus de 4 millions de voix et 58,15 % des suffrages.

11h55 : #RETRAITES A la SNCF, le taux de grévistes diminue à 13,3%. Un chiffre en baisse aussi pour les conducteurs (66,8%).

11h52 : Une consultation des salariés est aussi "prévue" à Feyzin, près de Lyon. Enfin, le port pétrolier du Havre est "toujours en grève", selon le syndicaliste.

11h46 : La raffinerie de Donges (Loire-Atlantique) a suspendu son mouvement jeudi soir à 21h, mais "une assemblée générale est prévue à midi pour monter le niveau de mobilisation dans les heures et les jours qui viennent", explique Emmanuel Lépine, secrétaire fédéral de la CGT Chimie.

11h52 : "Seules trois raffineries – Normandie, La Mède et Grandpuits ont des difficultés d'expédition. Elles tournent mais elles ne peuvent pas livrer correctement", a assuré l'Union française des industries pétrolières (Ufip), qui rassemble les entreprises du secteur.

11h51 : Il s'agit des raffineries de Total Normandie, Pétroinéos Lavéra (Bouches-du-Rhône), Total La Mède (Bouches-du-Rhône) et Grandpuits (Ile-de-France).

12h24 : Quatre des huit raffineries de métropole étaient touchées par la grève ce matin, en attendant une cinquième qui pourrait rejoindre le mouvement à la mi-journée, a affirmé la CGT Chimie.

10h35 : "Je mesure tout à fait la perte de crédit, qui d'ailleurs est douloureuse à vivre. (...) Mais il y a des amalgames curieux, lorsqu'on essaie de me faire passer pour un défenseur des assureurs."

10h35 : "Si j'ai touché une rémunération, c'est pour un travail concret dont je suis fier. (...) Je l'ai conservée quand j'ai été nommé haut-commissaire, donc haut fonctionnaire, puis quand je suis devenu membre du gouvernement, ce qui, je l'ai appris depuis, n'était pas autorisé. Je reconnais sans problème cette erreur et j'ai remboursé les sommes."

10h34 : #RETRAITES "Ce n'est pas à moi de juger, mais si j'estimais à un moment que je suis devenu un sujet de fragilité, j'en tirerais les conséquences car (...) le projet est plus important que la personne."

Jean-Paul Delevoye a donné un entretien à Libération.

10h34 : Le haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, dans la tourmente depuis des révélations sur sa déclaration d'intérêts, a assuré ce matin avoir "pensé" à démissionner et s'est dit prêt, s'il devenait "un sujet de fragilité", à en tirer "les conséquences", dans un entretien à Libération.

10h36 : "La question, ce sont les modalités. Nous les verrons en fonction de notre plan de transport exécuté. (...) En temps normal, la RATP transporte 12 millions de voyageurs tous les jours. Depuis le début de la crise, nous avons transporté entre 3 et 4 millions de voyageurs par jour. Donc nous n'avons pas rien fait."

10h23 : "Bien sûr que nous allons rembourser" les voyageurs touchés par la grève, a garanti la présidente de la RATP sur Europe 1

10h06 : "Le gouvernement accepte parfaitement qu'on conteste sa politique, sa réforme, dans la rue, par la voie de la mobilisation, par l'exercice normal du droit de grève. Mais là, y compris les coupures d'électricité, le fait d'intimider ses collègues, le fait de les insulter, le fait de mettre de la pression psychologique, le fait de bloquer les dépôts, je le dis : c'est illégal, c'est répréhensible pénalement."

10h13 : Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'Etat chargé des Transports, a dénoncé sur franceinfo ce matin "l'intimidation sur leurs collègues" et "les insultes homophobes", dont ont fait l'objet des chauffeurs de bus non-grévistes de la RATP de la part de personnels grévistes.

10h14 : "Je pense d'abord aux usagers qui doivent se lever tôt, qui rentrent plus tard, qui peuvent être stressés parce qu'ils ont des enfants à récupérer, à la crèche ou à l'école. Je veux dire aux conducteurs de la SNCF et de la RATP [que] plus des trois quarts des conducteurs ne seront pas concernés par la réforme. Je les appelle à entendre les difficultés des Français."

La ministre, interviewée sur CNews ce matin, a estimé qu'il était "irresponsable d'annoncer qu'on veut gâcher les vacances de Noël des Français".

09h57 : La ministre de la Transition écologique et des Transports Elisabeth Borne a appelé ce matin les grévistes de la SNCF et de la RATP en grève à "entendre les difficultés des Français" et à se "mettre à la table des négociations", assurant que "75% des conducteurs de sont pas concernés par la réforme" des retraites.

09h42 : Martine Aubry était l'invitée de franceinfo ce matin.

09h33 : Une conséquence inattendue de la grève : on pourrait bientôt affronter une pénurie de sang dans les hôpitaux, révèle RTL ce matin.

09h30 : Le trafic reste perturbé sur la ligne 1 du métro parisien. Il a été interrompu à cause d'un suicide, a appris franceinfo auprès de la RATP. Conséquence : la RATP a indiqué que la ligne 1 du métro était saturée "pendant toute la période d'interruption".

09h26 : Celle qui est maire de Lille depuis 18 ans estime que le gouvernement "ne dit pas la vérité aux Français, l'angoisse est totale". Pour elle, "c'est une réforme totalement libérale. Ce n'est pas parce qu'on fait une réforme universelle qu'elle est juste".

09h19 : La maire socialiste de Lille, Martine Aubry, a annoncé ce matin sur franceinfo qu'elle ira manifester mardi contre la réforme des retraites. "Je n'arrive pas à comprendre comment le gouvernement peut être à ce point sourd aux inquiétudes des français", a-t-elle expliqué.

09h18 : Un accident grave de voyageurs a provoqué une interruption du trafic sur le RER A. La RATP a indiqué que la ligne 1 était saturée "pendant toute la période d'interruption".

09h26 : Il est neuf heures et voici les principales informations de la matinée :

• Après la présentation de sa réforme pour créer un système de retraite universelle par points et alors que plane la menace d'un blocage des trains à Noël, le Premier ministre Édouard Philippe a convié les organisations syndicales et patronales pour un "cycle de réunions".

• Pour les usagers franciliens, les journées se suivent et se ressemblent avec toujours neuf lignes de métro fermées à Paris et près de 50% des bus en circulation, selon la RATP vendredi matin. Du côté de la SNCF, le trafic était conforme aux prévisions de la veille avec un quart des TGV en circulation et la même proportion en moyenne de Transilien et d'Intercités. Quatre TER sur 10 sont par ailleurs assurés, essentiellement grâce à des bus.



Seize départements sont placés en vigilance orange par Météo France ce matin : l'Ariège, l'Aveyron, la Charente-Maritime, la Dordogne, la Haute-Garonne, le Gers, la Gironde, les Landes, le Lot, le Lot-et-Garonne, les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, la Corse-du-Sud et la Haute-Corse

Boris Johnson a annoncé qu'il mettrait le Brexit en uvre "à temps, le 31 janvier 2020", après la large victoire des conservateurs aux élections législatives.

08h49 : Certains sentent malgré tout "cette petite musique qui monte comme à chaque fois". Celle de cheminots qui s'apprêteraient à "gâcher" les vacances des Français "pour leur petit nombril." Pour les militants que j'ai rencontrés, "ce sera la faute du gouvernement si ça se passe mal". Mon reportage est à lire ici.


08h48 : "Profiter d'un réveillon ou combattre une réforme qui veut du mal à tout le monde, mon choix est vite fait."


Dans le local CGT de la gare d'Austerlitz, où j’ai passé la journée hier, la question des fêtes de fin d'année ne se pose même pas.

09h04 : A douze jours du réveillon de Noël, Servan Le Gall n'a toujours pas confirmé à sa famille s'il sera autour de la table le 24 au soir. "Tout dépend de ce que décide le gouvernement, explique le cheminot. S'il retire sa réforme des retraites, je rentrerai en Bretagne. Mais s'il ne bouge pas..."



07h48 : Principales entreprises concernées par la mobilisation contre la réforme des retraites, la RATP et la SNCF vont accuser un important manque à gagner en décembre. Tentatives d'explication de mon collègue Fabien Magnenou.

La station de métro reste fermée à la gare de l\'Est, le 9 décembre 2019 à Paris.

07h16 : Déjà beaucoup de monde pour arriver à prendre la ligne 4 du métro à Paris. Les usagers commencent à être énervés par la fatigue. Le week-end fera du bien. Bon courage à tous !