Cet article date de plus de huit ans.

Campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 : Eric Woerth mis en examen pour "recel" de 150 000 euros

L’ancien ministre UMP Eric Woerth a de nouveau été mis en examen jeudi 9 février, dans l’enquête liée à l’affaire Bettencourt, cette fois pour recel de 150 000 euros qui auraient financé la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien ministre UMP Eric Woerth (FREDERICK FLORIN / AFP)

L'ancien ministre UMP Eric Woerth a de nouveau été mis en examen jeudi 9 février, dans l'enquête liée à l'affaire Bettencourt, cette fois pour recel de 150 000 euros qui auraient financé la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

Eric Woerth a de nouveau été mis en examen jeudi, cette fois pour recel, dans le cadre du dossier Bettencourt. L'ancien trésorier de l'UMP est soupçonné d'avoir reçu 150 000 euros en espèces des mains de Patrice de Maistre, gestionnaire de la fortune de l'héritière de L'Oréal. Cette somme aurait pu servir au financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

En sortant de l'audition un peu plus d'une heure avant son client, l'avocat de M. Woerth, Me Jean-Yves Le Borgne, avait tenu des propos à la presse qui avaient laissé penser aux journalistes présents qu'il n'y avait pas eu de nouvelle mise en examen. Mercredi soir, l'ancien ministre avait déjà été mis en examen pour trafic d'influence passif.

"Eric Woerth a été entendu ce jour à partir de 10 heures, dans le cadre de l'information judiciaire suivie par M. Jean-Michel Gentil, Mme Cécile Ramonatxo et Mme Valérie Noël, des chefs d'escroquerie, abus de confiance, blanchiment, abus de faiblesse et recel au préjudice de Mme Liliane Bettencourt", écrit le parquet.

"A l'issue de cette audition qui a pris fin à 18 heures, il a été mis en examen du chef de recel à raison d'une présumée remise de numéraire qui lui aurait été faite par M. Patrice de Maistre", conclut le parquet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.