Cet article date de plus de deux ans.

Affaire Adidas-Crédit lyonnais : "Il n'y a pas eu de cadeau à Bernard Tapie", assure Éric Woerth

Publié
Durée de la vidéo : 9 min
Affaire Adidas-Crédit lyonnais : "Il n'y a pas eu de cadeau à Bernard Tapie", assure Éric Woerth
Affaire Adidas-Crédit lyonnais : "Il n'y a pas eu de cadeau à Bernard Tapie", assure Éric Woerth Affaire Adidas-Crédit lyonnais : "Il n'y a pas eu de cadeau à Bernard Tapie", assure Éric Woerth (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - C.Roux
France Télévisions

Éric Woerth, ancien ministre du Budget, était l'invité des "4 Vérités" de France 2 mardi 6 juillet. L'occasion de revenir sur la question des primaires des Républicains, mais aussi sa récente mise en examen dans l'affaire Tapie.

Sur le plateau des "4 Vérités" mardi 6 juillet, l'ancien ministre du Budget Éric Woerth est revenu sur la très actuelle question des primaires chez les Républicains, en vue de la présidentielle 2022. "Si tu veux la paix, prépare la guerre. Si tu veux un candidat, prépare les primaires", a résumé le député LR de l'Oise. Et de tempérer : "On a besoin de paix. Je pense, mais je ne suis pas sûr qu'on ait besoin de primaires. Ce qui est très important, c'est de les préparer. D'être prêt, au cas où." Pour lui, la primaire a déjà lieu aujourd'hui, "elle est en cours, partout, dans les sondages, dans l'actualité..." Il estime par ailleurs que l'idéal serait d'avoir un candidat en septembre.

"Les chiffres dans la presse sont faux"

S'il a également été interrogé sur la réforme des retraites, Éric Woerth a aussi répondu aux questions autour de sa récente mise en examen dans l'affaire Tapie. Il est soupçonné d'avoir accordé un avantage fiscal contesté à l'homme d'affaires en 2009. "Il n'y a pas eu de cadeau à Bernard Tapie", assure celui qui était à l'époque ministre du Budget. "Tous les chiffres qui paraissent dans la presse sont faux. [...] L'avenir le montrera", a ajouté Éric Woerth, qui s'est dit "très serein".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.