Rafale : un premier contrat de vente signé lundi au Caire

Le ministre français de la Défense doit se rendre lundi au Caire pour signer le contrat de vente de 24 avions de combat Rafale à l'Egypte. Ce sera alors la première vente effective du fleuron de l'aviation de chasse française à l'étranger.

(Jean-Yves Le Drian doit signer le contrat de vente du Rafale à l'Egypte lundi au Caire © Maxppp)

Cette fois, ça y est, François Hollande l'a confirmé dans un communiqué : la France a vendu des avions de combat Rafale à l'étranger. Et c'est l'Egypte qui devient le premier pays acquéreur de l'avion de combat de Dassault, avec un contrat de 24 exemplaires. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, doit se rendre au Caire lundi prochain pour signer le contrat avec le président al-Sissi. Accessoirement, la France vend  aussi au Caire une frégate multimission de type Normandie, dernière "création" de la Direction générale de l'armement (DGA). Le montant total du contrat est donc d'environ cinq milliards d'euros.

Il n'aura fallu que trois mois pour boucler cette vente. Un véritable record de vitesse en matière de négociations dans le secteur de l'armement. Tout  a commencé avec la venue, fin novembre, du président égyptien en France. Deux semaines plus tard, des militaires égyptiens prennent contact avec Dassault aviation. Les Egyptiens savent ce qu'ils veulent et connaissent déjà bien l'avion, qui leur plaît notamment par son autonomie de vol supérieure à celle de ses concurrents, utile en cas d'intervention en Libye. Ce dont ils viennent discuter, c'est du prix et du financement. Sur ce dernier point, "l'Etat a fait un certain nombre d'efforts " a dit cette nuit François Hollande. Le président de la République a également révélé que "l'essentiel avait été convenu " lors des obsèques  du roi Abdallah d'Arabie Saoudite. 

"C'est important pour notre politique industrielle, pour la sécurité de la région, et pour ce que cela révèle de la mobilisation de l'Etat" (François Hollande)
--'--
--'--

Grande parade militaire au canal de Suez

Depuis l'arrivée au pouvoir su maréchal al-Sissi, en juillet 2013, l'Egypte est très gourmande en armements et cherche à diversifier ses fournisseurs, qui restent majoritairement américains. En août 2013, les Etats-Unis ont temporairement suspendu le versement des milliards de dollars d'aide militaire dont bénéficie l'armée égyptienne à la suite du massacre des frères musulmans. L'Egypte veut donc montrer qu'elle peut aller voir ailleurs. Elle a déjà acheté quatre corvettes à la France l'été dernier, ainsi que de l'armement russe. Le Caire a fait savoir à Paris que trois avions devraient être livrés en août prochain pour l'inauguration de la nouvelle branche du canal de Suez, qui sera marquée par une grande parade militaire. La France pourrait donc prêter trois appareils.

Une nécessité géopolitique

Pourquoi l’Etat égyptien achète-il des Rafale ? Selon Stéphane Bourcieu, professeur de stratégie, il y a avant tout un contexte géopolitique.

"L’Egypte se retrouve menacée à l’Ouest avec ce qui se passe en Libye actuellement. Menacée aussi à l’Est avec ce qui se passe en Syrie et au Yémen."

En plus de cette situation qui fait que "l’Egypte est en train de se réarmer ", ce spécialiste met en avant "les démonstrations faites par le Rafale en Libye " ces dernières années et le pays, ajoute-t-il, est "un vieux client de la France qui lui vendu des Mirage 3 et des Mirage 2000 ".

"Le contexte géopolitique" était porteur pour une vente à l'Egypte : l'analyse de Stéphane Bourcieu, professeur de stratégie
--'--
--'--