Cet article date de plus de neuf ans.

Prix des carburants : les distributeurs accusés d'augmenter leurs marges

Le cours du pétrole dégringole depuis l'été dernier. Mais si les prix baissent à la pompe, ils ne suivent pas cette courbe en chute libre. Ils ne reculent pas assez, selon les associations de consommateurs. François Carlier, délégué général de la CLCV, appelle l'Etat à jouer "un rôle actif" sur la surveillance des marges de distribution.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (Affichage des prix du carburant à Paris au 23 décembre 2014  © MaxPPP)

Les prix des carburants n'en finissent plus de baisser. Le litre de gazole est même passé sous la barre d'un euro dans certaines stations en France. Cette forte baisse des prix des carburants est due à la chute du cours du pétrole : le baril a perdu 50 % de sa valeur depuis l'été dernier. Une situation qui ravit les automobilistes.

 

A Châteauroux, le sans-plomb à moins d'1,27 euro surprend : "Je pensais que c'était le gasoil! C'est une bonne surprise" .

Charlotte Coutard s'est rendue dans les stations-service de Châteauroux

Mêmes réactions à Saint Etienne où certains préfèrent faire le plein avant le 1er janvier pour anticiper une hausse prochaine de la Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Énergétiques (TICPE). "C'est obligé qu'il remonte. Il n'y a plus de pétrole !"

Le reportage de Sandrine Morin à la station-service de Feurs dans le département de la Loire

Des économies qui ne passent pas inaperçues, en particulier chez les chauffeurs de taxis de Cherbourg. "Quand on fait deux, trois pleins par semaine, cela représente une bonne centaine d'euros par mois" .

Le reportage à Cherbourg de Clara Lecocq Reale

 

Les associations pointent les marges excessives des distributeurs

Les associations de consommateurs sont moins enthousiastes, à l’image de la CLCV qui dénonce une hausse des marges de distribution. François Carlier, délégué général de la CLCV, explique que "depuis le mois de décembre, la marge de distribution a beaucoup augmenté, notamment sur l’essence. Classiquement, un distributeur prend neuf centimes sur le prix de l’essence. Là il est autour de 12-13 centimes. C’est aussi le cas pour le fioul domestique ." 

 

Le marché de la distribution d’essence était historiquement très concurrentiel, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui, selon François Carlier : "Le nombre de stations-service a beaucoup diminué et en réalité il y a pas mal d’endroits en France où la concurrence joue beaucoup moins qu’avant, notamment dans les zones rurales où il y a une pénurie de points de vente. Cette concurrence existe mais elle est plus faible et fragmentée qu’avant. "

Une hausse au 1er janvier 2015 due aux taxes

Janvier 2015 pourrait bien marquer la fin de cette période bénie pour les automobilistes en raison des taxes : la hausse de la TICPE et celle de la contribution climat énergie, souvent appelée "taxe carbone", qui engendreront une augmentation supplémentaire de 4 centimes le litre pour le gazole.

Les associations de consommateurs restent vigilantes, à l’image de François Carlier, qui appelle l’Etat à jouer "un rôle actif" sur la surveillance des marges de distribution. "Si on tassait les marges sur l’essence et le fioul, cela permettrait au moins d’absorber l’impact de la hausse des taxes début janvier ."

François Carlier : "Depuis le mois de décembre, la marge de distribution a beaucoup augmenté"
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.