Cet article date de plus de six ans.

Prix de la viande bovine : les abatteurs ont fait le minimum pour le médiateur

Dans son rapport d'étape remis mardi soir au ministre de l'Agriculture, le médiateur des relations commerciales estime que les abatteurs se sont contentés de hausses de prix minimum par rapport à l'accord général du 17 juin. Mais il pointe aussi la grande distribution, qui aurait pu se montrer "plus dynamique".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Pour le médiateur, un des points de blocage est l'application a minima des accords du 17 juin par les abatteurs © Maxppp)

C'était le rapport tant attendu par les éleveurs. Le médiateur des relations commerciales agricoles était chargé de découvrir pourquoi les accords généraux du 17 juin concernant l'ensemble des filières de l'élevage n'a pas permis d'arriver aux hausses de des prix payées aux éleveurs qui avaient été négociées. Autrement dit, qui n'a pas joué le jeu.

"La lecture des engagements pris par la filière la plus favorable à ses intérêts propres"

Tout en s'entourant de précautions et de bémols, le médiateur estime que la situation particulièrement tendue dans la filière bovine est en grande partie due aux abatteurs. Ils auraient appliqué les accords a minima, augmentant leurs prix, sans aller jusqu'aux cinq centimes par kilo et par semaine prévus. Dans un premier temps, ils se sont concentré "sur les seules races à viande " au détriment des vaches laitières, explique le médiateur. La complexité du marché de la viande bovine n'a pas aidé les acteurs à avancer d'un même pas, explique le médiateur. Et chacun a donc eu tendance à adopter "la lecture des engagements pris par la filière la plus favorable à ses intérêts propres ". Pour compliquer encore le jeu, les hausses ne sont pas les mêmes sur les différentes parties de l'animal, qui intéressent ou non certains acteurs.

"Je règlerai leur cas en direct "

La grande distribution est également quelque-peu écornée dans les 20 pages du pré-rapport, publié sur le site du ministère de l'Agriculture. Le médiateur note qu'ils ont joué le jeu et ne se sont pas opposés à la hausse des prix au bénéfice des éleveurs. Mais ils "n'ont pas forcément joué un rôle dynamique en ce sens ", nuance le médiateur. Sur certains types de morceaux, "de nombreux distributeurs se seraient ainsi fournis auprès d'abatteurs-découpeurs ayant remporté les marchés en cassant les prix par des approvisionnements auprès d'éleveurs contraints de brader leurs bêtes ". Le texte ne cite toutefois aucune entreprise particulière, des lettres étant attribuées à chacune d'entre elles dans les tableaux de prix publiés. Le président de la Fédération nationale bovine a prévenu qu'il "règlerait leur cas en direct " à ceux qui ne respecteraient pas l'accord.

[Crise de l'élevage - rapport d'étape du médiateur](https://www.youscribe.com/catalogue/tous/crise-de-l-elevage-rapport-d-etape-du-mediateur-2600311 "Crise de l'élevage - rapport d'étape du médiateur") publié par [France_Info.fr](https://www.youscribe.com/france_info.fr/)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.