Pouvoir d’achat : produits à moins d'un euro, une si bonne affaire ?

Publié Mis à jour
Pouvoir d’achat : dans les coulisses des produits à moins d’un euro
Article rédigé par
M. Justet, C. Vérove, V. Travert, R. Mathé, A. Tribouart, E. Noël - France 2
France Télévisions
Face à l’inflation, les grandes surfaces misent de plus en plus sur les marques premiers prix pour garder leurs clients. Parmi les offres qui font fureur, les produits à moins d’un euro. Mais que valent-ils vraiment ?

Dans votre panier de courses, ils se démarquent par un petit logo rouge indiquant leur prix : 0,99 centimes ou un euro. Des produits peu chers que l’on trouve dans tous les rayons. Mais avec l’inflation, comment les distributeurs arrivent à maintenir ces prix ? Dans un supermarché en Seine-et-Marne, un supermarché propose plus de 500 produits à un euro, allant du gel douche aux biscuits. Pour proposer ces prix, l’enseigne assure faire des concessions. "C’est notre marge qu’on écrase puisque dans notre enseigne, on est producteur et commerçant. On va baisser notre marge, mais finalement, on va en vendre plus, ce qui fait que finalement, on va s’y retrouver", affirme Perrine Vignon, directrice du magasin Intermarché à Provins (Seine-et-Marne).

Faire des concessions

Mais comment tiennent les producteurs ? Dans l’ouest de la France, un maraîcher produit des radis qui sont vendus à un euro. Mais ses charges ayant augmenté de 25  %, il avoue faire des concessions sur sa marge. "Il y a un moment, c’est sûr, on va être obligé de renégocier parce que ce ne sera plus possible", dit-il. Pour tenir, certains distributeurs préfèrent importer des produits de l’étranger ou réduire les quantités. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.