Pour le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz, l'Europe a tardé à mettre en œuvre un plan de relance

L'économiste a accordé un entretien à l'AFP lors d'un forum à Cernobbio, en Italie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz lors d'une conférence de presse, le 19 septembre 2019, à Paris. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Il met en garde contre un retour à une politique d'austérité. Le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz juge dans un entretien avec l'AFP, dimanche 5 septembre, que l'Union européenne aurait dû adopter un dispositif comparable à son méga-plan de relance dès la crise de la dette en 2010.

Face aux affres de la pandémie de Covid-19, "l'Europe a uni ses efforts et a créé le Fonds de relance de 750 milliards d'euros, ce qui est le genre de chose qui aurait dû être fait pendant la crise de l'euro en 2010", a-t-il déclaré en marge du Forum The European House-Ambrosetti à Cernobbio (Italie).

Des doutes sur la suite des versements du plan de relance

Au cours de ce mini-Davos, organisé sur les rives du lac de Côme, Bruno Le Maire a reconnu qu'il s'agissait pour les Européens de "changer ce qu'ils ont fait pendant la crise de l'euro", souligne Joseph Stiglitz, grande figure de la critique de l'austérité. "Nous avons été lents à agir en 2008", avait dit samedi le ministre français de l'Economie.

Devant l'urgence de la crise sanitaire, "l'UE a fourni l'argent sans les conditions d'austérité qu'elle a imposées en 2010 et a déboursé la première tranche" cet été, mais des doutes subsistent sur la suite des versements, estime l'économiste américain.

"S'ils retombent dans l'ancienne méthode et redeviennent excessivement stricts sur les conditions et ne versent pas la deuxième tranche" car les objectifs fixés n'auront pas été atteints, "certains des anciens problèmes pourraient refaire surface", prévient-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Plan de relance

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.