Cet article date de plus d'onze ans.

Pierre Kosciusko-Morizet vend PriceMinister au leader japonais du e-commerce, Rakuten, environ 200 millions d'euros

"On devient leur filiale européenne", a indiqué jeudi le cofondateur et PDG de PriceMinister qui s'est engagé à rester à la tête de l'entreprise au moins cinq ans.PriceMinister brigue la place de premier site de commerce électronique en Europe, tandis que Rakuten ambitionne de devenir le numéro un mondial, a expliqué Pierre Kosciusko-Morizet.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Pierre Kosciusko-Morizet, cofondateur et PDG de PriceMinister, le 19 mai, dans les locaux de son entreprise. (AFP)

"On devient leur filiale européenne", a indiqué jeudi le cofondateur et PDG de PriceMinister qui s'est engagé à rester à la tête de l'entreprise au moins cinq ans.

PriceMinister brigue la place de premier site de commerce électronique en Europe, tandis que Rakuten ambitionne de devenir le numéro un mondial, a expliqué Pierre Kosciusko-Morizet.

"Alors que PriceMinister est arrivé depuis mars sur la plus haute marche du podium en termes d'audience e-commerce en France, nous cherchions à infléchir encore davantage notre développement", explique Pierre Kosciusko-Morizet, cité par le communiqué.

La marque PriceMinister va subsister et des transferts de savoir seront mis en place, a-t-il indiqué. Au Japon, "ils voient ce qui va se passer avec deux-trois ans d'avance sur l'Europe", a-t-il souligné.

L'année dernière, les ventes sur internet ont bondi en France de 26%, malgré la crise.

A court terme, rien ne changera pour les membres du site PriceMinister. Mais, "assez vite on va s'inspirer des nouvelles fonctionnalités développées par Rakuten . Ils sont très présents sur le mobile".

Rakuten, dont le nom signifie "paradis heureux", a réalisé l'année dernière un chiffre d'affaires de 3,2 milliards de dollars et totalise 64 millions de membres.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.