Parfums : sont-ils trop chers ?

France 2 a enquêté sur l'industrie secrète des grands parfumeurs. En quelques années, les tarifs ont grimpé de près de 30%, pour atteindre en moyenne 60 euros le parfum.

FRANCE 2

Parés d'or, en forme de sac à main, ou complètement excentriques, les flacons se donnent du mal pour attirer les consommateurs. Mais l'ivresse n'est plus au rendez-vous au rayon parfumerie. Les ventes sont en baisse : trop de marques, et plus de 200 nouveautés par an. Les clients ont de plus en plus de mal à s'y retrouver. Et les prix s'envolent. Il n'est plus rare de trouver des parfums à plus de 100 euros le flacon. Pourquoi les prix sont-ils si élevés ? Comment les marques justifient-elles ces tarifs ?

"On est payé uniquement quand notre parfum a été choisi"

Pour faire naître un parfum, il faut d'abord recourir aux services couteux d'un nez : Christophe Raynaux est parfumeur. Dans son bureau, il crée les fragrances de demain pour différentes marques. Toute la journée, il teste des mélanges de senteurs, des recettes de parfums qu'il modifie sans cesse, milligramme par milligramme. "C'est comme une musique. En jouant la partition, on s'aperçoit qu'il y a quelques fausses notes. Bah nous, c'est la même chose", explique-t-il. Mais dans cette industrie, le parfumeur n'a pas le dernier mot. Christophe Raynaux doit répondre à la commande d'une marque. Dana Vitkovskaya, commerciale, l'aide donc à créer un produit qui correspond à cette demande. Tout un travail qui sera peut-être inutile, car cette équipe est en concurrence avec d'autres entreprises, qui tentent aussi de répondre à la même commande de la marque. "On est payés uniquement quand notre parfum a été choisi", explique Dana Vitkovskaya. Il faut en moyenne un an et demi pour développer un parfum. Mais certains projets peuvent durer plusieurs années. Car la plupart des essais réalisés chaque jour finissent à la poubelle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Empêcher l\'utilisation de mousses d\'arbre dans la composition du Chanel N°5, à l\'origine de ses notes boisées distinctives, pourrait menacer l\'existence du parfum, selon ses fabricants.
Empêcher l'utilisation de mousses d'arbre dans la composition du Chanel N°5, à l'origine de ses notes boisées distinctives, pourrait menacer l'existence du parfum, selon ses fabricants. (EMMANUEL VALENTIN.F / AFP)