Cet article date de plus de cinq ans.

Nouvelle commande pour deux paquebots géants aux chantiers navals de Saint-Nazaire

La compagnie italo-suisse MSC Cruises a confirmé ce lundi la commande de deux nouveaux paquebots de croisière géants nouvelle génération aux chantiers navals STX de Saint-Nazaire, qui s'ajoutent aux deux déjà programmés. Montant total du contrat : 3 milliards d'euros.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le MSC Meraviglia, l'un des quatre paquebots commandés aux chantiers navals de Saint-Nazaire © maxPPP)

La nouvelle a été annoncée à l'occasion de la visite du ministre de l'Economie, Emmanuel Macron. Le carnet de commandes des chantiers navals STX à Saint-Nazaire s'est sérieusement rempli ce lundi. La compagnie italo-suisse MSC Cruises a confirmé la commande d'un total de quatre paquebots de croisière géants de nouvelle génération. Et le montant est colossal : trois milliards d'euros. 

Livraison attendue à partir de 2017

La première commande, passée en 2014 pour deux de ces paquebots de la série "Vista", était assortie d'une option pour deux navires supplémentaires. C'est cette option qui a été aujourd'hui confirmée.

Long de 315 mètres et large de 43, le premier navire de la série "Vista", le MSC Meraviglia dont le nom signifie "merveille" en italien, devra être livré en mai 2017, pourra transporter 5.700 passagers et 1.536 membres d'équipage, et sera plus écologique. La compagnie indique dans un communiqué  que "ce sont les plus grands navires de croisière jamais construits par un opérateur européen". 

La construction de l'un des navires, le MSC Meravaglia a déjà commencé. Il avait été commandé en mars 2014 par la compagnie. A l'époque, le contrat avait été décroché au prix de grosses négociations avec les syndicats sur un accord de compétitivité.

Les deux nouveaux paquebots commandés ce jour seront livrables en 2019 et 2020. Dans un communiqué, Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie indique que la construction de ces deux navires va donner du travail à 2.000 salariés pendant 5 ans. Et le ministre voit dans cette commande "un succès" qui "démontre la qualité de l'offre industrielle française portée par ses salariés et l'ensemble de ses sous-traitants". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.