Cet article date de plus de cinq ans.

MoryGlobal (ex-Mory Ducros) se déclare en cessation de paiement

Un an après avoir licencié plus de la moitié de son personnel, la société Mory-Ducros fait face de nouveau à de graves difficultés. L'entreprise de transports, qui s'appelle aujourd'hui Mory Global, se déclare en faillite.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Mory Ducros avait été placé en redressement judiciaire en novembre 2013 mais le tribunal de commerce de Pontoise avait validé en février 2014 le plan de reprise par Arcole industries, qui a gardé moins de la moitié des 5.000 salariés © Maxppp)

MoryGlobal va déposer une demande de redressement judiciaire auprès du tribunal de commerce de Bobigny. Quelque  2.800 emplois ont déjà été supprimés l'an dernier, il en reste 2.200. C'est la plus grosse faillite d'entreprise française depuis le début du quinquennat de François Hollande. Il y a deux semaines pourtant, l’entreprise se disait sereine. Elle envisageait même un retour à l’équilibre financier l’année prochaine. Comment alors expliquer un tel revirement avec cette faillite ?

L’actionnaire de Mory, Arcole industries, se justifie dans un communiqué et met en cause notamment une récente décision de justice qui a privé Mory d’une vente d’immeuble lui appartement qui aurait pu lui rapporter 25 millions d’euros et qui aurait permis, selon l’actionnaire, d’améliorer la situation financière de la société. L’actionnaire met aussi en cause la CFDT. Il accuse le syndicat d’avoir poussé pour la réintégration dans l’entreprise de 200 salariés visés par le dernier plan de licenciement. Ça a pesé sur la situation financière de l’entreprise, selon l’actionnaire.

 

A l’inverse, l’attitude de l’actionnaire est dénoncée par les syndicats qui lui ont régulièrement reproché de faire du chantage à l’emploi. Un délégué du personnel espère qu’il est encore possible d’éviter la liquidation. Ce sont 2.200 emplois en jeu avance-t-il, en comptant les sous-traitants, cela fait 4.000 familles dans l’attente.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.