Cet article date de plus d'onze ans.

Moins de crédits malgré la bonne santé des banques

Le flux de dossiers parvenant au médiateur du crédit est stable mais ceux pour lesquels une solution est trouvée diminue
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
René Ricol a été désigné médiateur du crédit par le le Président de la République (© France)
Le flux de dossiers parvenant au médiateur du crédit est stable mais ceux pour lesquels une solution est trouvée diminueLe flux de dossiers parvenant au médiateur du crédit est stable mais ceux pour lesquels une solution est trouvée diminue

Sur les 626 dossiers déposés entre le 27 septembre et le 11 octobre contre 1.244 pour tout le mois de septembre, la majorité des demandes concernent de très petites entreprises.

Quant au taux de médiation réussi, il s'est établi à 59% contre 64,2% depuis le lancement du dispositif. Première explication avancée, la complexité accrue des dossiers.

Ces derniers sont déposés bien souvent trop tardivement en médiation, ce qui conduit la médiation à rediriger les entreprises vers les trésoriers-payeurs généraux et les cellules de prévention des tribunaux de commerce, explique René Ricol, le médiateur du crédit dans un communiqué.

D'autre part "un nombre grandissant de banques procède désormais à une sorte de pré-médiation: les dossiers qui leur semblent comporter un risque supportable sont souvent négociés favorablement afin d'éviter la saisine du médiateur". "Bien que l'on ne puisse comptabiliser ces dossiers, il s'agit d'un effet positif indirect de la médiation", se félicite le médiateur.

Créée en novembre 2008, la médiation intervient en cas de difficultés pour une entreprise à obtenir un crédit. Au 11 octobre, le dispositif de médiation avait permis de "conforter" près de 7.809 sociétés dans leur activité, de débloquer 1,64 milliard d'euros de crédit (hors effacement de dette) et de préserver 155.689 emplois en France, selon les services du Médiateur.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.