Vidéo Accident de Lady Di : quand Mimi Marchand décrochait pour "Voici" une interview exclusive... et "bidon" du seul survivant

Publié Mis à jour
Complément d'enquête / France 2

Cette interview, toute la presse la voulait. Michèle Marchand, ancienne reine de la nuit qui s'était fait une place dans la presse people, jurait l'avoir obtenue. Mais les confidences du seul survivant de l'accident de Lady Di, publiées dans "Voici", étaient "nécessairement fictives" : Trevor Rees-Jones n'avait accordé aucune interview… "Complément d'enquête" revient sur une affaire de bidonnage "abracadabrantesque", selon le mot de l'éditeur du journal.

C'est un témoignage que tous les journalistes se battaient pour décrocher. Le 31 août 1997, l'accident de voiture qui a causé la mort de la princesse Diana, ainsi que de son ami Dodi Al-Fayed et du chauffeur Henri Paul, n'a laissé qu'un survivant : le garde du corps Trevor Rees-Jones. Il est grièvement blessé, le choc l'a rendu amnésique, il ne souhaite pas s'exprimer. Son avocat, Me Christian Curtil, éconduit tous les journalistes. Parmi eux, l'incontournable Michèle Marchand, entrée à la rédaction de l'hebdomadaire people Voici en 1995.

Pas d'image, pas de son…

Curieusement, dix mois plus tard, "Mimi" jure avoir un feu vert pour interviewer le miraculé. Pour cette exclusivité mondiale, elle embarque le jeune photographe Jean-Michel Psaïla. Chargé de "rapporter la preuve par l'image" de la rencontre, il "planque" à la sortie de l'appartement de Me Curtil pendant deux heures… en vain, raconte-t-il à "Complément d'enquête". Pas d'image, donc, et pas de son non plus : Mimi Marchand affirme avoir perdu les enregistrements… 

"Tout était faux"

Et pourtant, le 6 juillet 1998, Voici publie l'interview exclusive de Trevor Rees-Jones. Trois pages d'entretien, de confidences du garde du corps et de réponses précises, notamment sur son état de santé. "Tout était faux", affirme Me Curtil, qui conseille immédiatement à son client d'attaquer le magazine : "Non seulement Trevor Rees-Jones n'était pas venu à Paris depuis un certain temps, mais il n'avait pas accordé cette interview, ni d'ailleurs aucune interview. C'était donc nécessairement une interview fictive.

Scandale chez "Voici"

 Axel Ganz, le patron du groupe de presse Prisma dont fait partie Voici, convoque immédiatement la responsable. "Elle a continué à mentir", raconte-t-il à "Complément d'enquête". Il la met à la porte séance tenante, et promet d'interdire à l'avenir toute collaboration avec elle. Contraint de reconnaître le bidonnage, le magazine a porté plainte contre Michèle Marchand pour faux et usage de faux. Mais la justice lui a accordé un non-lieu, et aujourd'hui encore, elle maintient avoir réalisé cette interview...

Extrait de "De 'Voici' à l’Elysée : Mimi Marchand, l’influente de la République", un portrait à voir dans "Complément d'enquête" le 13 janvier 2022.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.