Cet article date de plus de dix ans.

Une information judiciaire a été ouverte après la plainte du quotidien Le Monde pour violation du secret des sources

Elle a été ouverte le 13 mai, a-t-on appris mardi auprès d'un des avocats du quotidien, et concerne l'affaire Bettencourt.L'information judiciaire porte sur l"atteinte au secret des correspondances par personne dépositaire de l'autorité publique dans l'exercice de ses fonctions" et "violation et recel du secret professionnel".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le Monde accuse l'Elysée d'avoir sollicité le contre-espionnage pour identifier l'informateur de l'affaire Bettencourt (AFP - Johanna Leguerre)

Elle a été ouverte le 13 mai, a-t-on appris mardi auprès d'un des avocats du quotidien, et concerne l'affaire Bettencourt.

L'information judiciaire porte sur l"atteinte au secret des correspondances par personne dépositaire de l'autorité publique dans l'exercice de ses fonctions" et "violation et recel du secret professionnel".

La juge Sylvie Zimmermann a été désignée pour conduire cette enquête, a précisé Me Catherine Cohen-Richelet à l'AFP.

Le Monde et son journaliste Gérard Davet avaient porté plainte contre X, le 20 septembre 2010, pour violation du secret des sources dans l'affaire Woerth-Bettencourt, mais le parquet de Paris avait classé sans suite la plainte en janvier.

Une nouvelle plainte avec constitution de partie civile avait ensuite été déposée qui a abouti à l'ouverture de cette information judiciaire, procédure quasiment automatique.

Le Monde accusait l'Elysée d'avoir sollicité les services du contre-espionnage pour identifier le ou les informateurs de son journaliste travaillant sur l'affaire Bettencourt-Woerth.

Sur la base de relevés téléphoniques, David Sénat, conseiller pénal au cabinet de la garde des Sceaux de l'époque, Michèle Alliot-Marie, a dû quitter ses fonctions, soupçonné d'avoir été une de ces sources.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.