Cet article date de plus de trois ans.

Un reportage de "Complément d'enquête" sur Vincent Bolloré récompensé par le prix Albert-Londres, les journalistes Samuel Forey et David Thomson également primés

Créé en 1933 en hommage au journaliste français (1884-1932), père du grand reportage moderne, ce prix, qui récompense le meilleur reportage écrit et audiovisuel de l'année, est aussi attribué à un livre pour la première fois. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Les célèbres fauteuils rouges du magazine "Complément d'enquête".  (FRANCE TELEVISIONS)

Un reportage de Tristan Waleckx et Matthieu Renier sur Vincent Bolloré, diffusé dans l'émission "Complément d'enquête" sur France 2, a été récompensé par le prix Albert-Londres dans la catégorie télévision, mardi 4 juillet. Samuel Forey, qui couvre les conflits en Irak pour Le Figaro, est primé dans la catégorie presse écrite et David Thomson est sacré dans la catégorie livre pour Les Revenants, son ouvrage sur les jihadistes à leur retour en France.

Prix télévision : Tristan Waleckx et Matthieu Renier pour "Vincent Bolloré, un ami qui vous veut du bien ?"

Réalisé par Tristan Waleckx et Matthieu Renier, le portrait de Vincent Bolloré a été diffusé par France 2 le 7 avril 2016. Cette enquête retrace le parcours de l'industriel breton, de la reprise de la fabrique familiale de papier à cigarettes OCB en Bretagne à la construction de son empire diversifié, en passant par la reprise en main de Canal+ et sa présence en Afrique. Ce reportage évoque notamment les activités de la Socapalm, société qui produit de l'huile de palme au Cameroun et dont Vincent Bolloré est actionnaire. Des sous-traitants, pour certains présentés comme mineurs, payés à la tâche, travaillant sans vêtements de protection et logeant dans des conditions insalubres, y témoignent face caméra. 

Tristan Waleckx et Matthieu Rénier, prix Albert Londres de l'audiovisuel

A la suite de la diffusion de ce numéro de "Complément d'enquête", Vincent Bolloré a porté plainte pour "diffamation" contre le groupe France Télévisions. Par ailleurs, au moment de la rediffusion de l'enquête, lors de l'été 2016, le groupe Bolloré avait assigné France 2, qu'il accuse de porter atteinte à ses intérêts commerciaux, devant le tribunal de commerce de Paris. Dans cette procédure, le groupe réclame 50 millions d'euros à la chaîne, estimant que l'enquête comporte "des erreurs manifestes et des diffamations délibérées qui lui portent préjudice". L'homme d'affaires est un habitué des procédures judiciaires contre les journalistes qui enquêtent sur lui.

Prix presse écrite : Samuel Forey du "Figaro"

Samuel Forey, 36 ans, a été primé pour ses reportages (lien abonnés) publiés dans Le Figaro depuis l'automne 2016 sur la bataille de Mossoul en Irak. Rescapé de l'explosion qui a tué trois de ses confrères à Mossoul, le 19 juin, Samuel Forey travaille également pour Télérama et Les Inrocks. Il a été légèrement blessé par des éclats au bras et au visage.

Invité d'Europe 1 le 30 juin, il a raconté le "chaos" alors que lui et ses confrères suivaient une unité des forces spéciales irakiennes. "Tout est renversé : on peut retrouver des voitures dans des maisons, des escaliers dans les rues... C'est difficile de se déplacer, ça tire tout autour. L'idée était de s'approcher encore plus près, de prendre nos marques dans cette nouvelle bataille de la vieille ville", explique Samuel Forey. L'explosion vient tout souffler. "On a l'impression que le monde éclate. On perd ses repères, la conscience hurle", décrit le journaliste, projeté par le souffle dans "une sorte de guérite" qui lui a sans doute sauvé la vie.

"Son traitement de la grande bataille de Mossoul pour Le Figaro, depuis l'automne 2016, a démontré, outre un courage et un sens du terrain évidents, une justesse de regard et une écriture d'une vivacité, d'une tendresse et d'un humanisme qui le classent à l'évidence dans la lignée d'Albert Londres", écrit le jury du prix Albert-Londres.

Samuel Forey Prix Albert-Londres 2017

Prix du livre : "Les Revenants" de David Thomson

Le journaliste David Thomson est le premier à recevoir le prix Albert-Londres du livre pour Les Revenants (coédité par Le Seuil et le site d’information Les Jours), consacré aux jihadistes français de retour en France. L'ouvrage de David Thomson décrit le sentiment des jihadistes à leur retour en France. Si certains reviennent, tous ne sont pas des repentis, bien au contraire.

"C'est l'enseignement de ces deux ans et demi d'entretiens avec ces Français et ces Françaises qui sont revenus de Syrie et d'Irak. (...) Tous reviennent déçus de cette réalité qu'ils ont découvert là-bas. Pour eux, c'est un rêve ce projet de jihadisme, mais ils sont pour beaucoup toujours encrés dans une radicalité religieuse, une radicalité violente", expliquait le journaliste, invité du "13 heures" de France 2, en décembre 2016. 

"Les Revenants" : un livre sur la réalité des djihadistes français
France 2

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.