Un journaliste assassiné au Mexique, le cinquième depuis début 2019

Ce nouvel homicide fait du Mexique le pays le plus meurtrier du monde pour la profession, d'après Reporters sans frontières.

Capture d\'écran d\'une photo de Francisco Romero Diaz, journaliste mexicain retrouvé mort le 16 mai 2019 à Playa del Carmen (Mexique).
Capture d'écran d'une photo de Francisco Romero Diaz, journaliste mexicain retrouvé mort le 16 mai 2019 à Playa del Carmen (Mexique). (FACEBOOK)

C'est le cinquième journaliste tué au Mexique en 2019. Francisco Romero Diaz, qui  travaillait pour des médias locaux, a été assassiné sur la côte caraïbe mexicaine. Son corps a été découvert jeudi 16 mai dans la cité balnéaire de Playa del Carmen, ont déclaré les autorités judiciaires de l'Etat de Quintana Roo. 

"La victime avait porté plainte le 12 avril après avoir reçu des menaces", ont précisé les autorités, disant avoir ouvert une enquête. Francisco Romero Diaz était un journaliste indépendant qui travaillait pour le quotidien Quintana Roo Hoy et "qui bénéficiait du programme de protection des journalistes depuis 2018" a expliqué Balbina Flores, une responsable de Reporters sans frontières (RSF) au Mexique. En un an, "quatre journalistes ont été assassinés" dans cet Etat, a-t-elle déploré. Avec ce nouvel assassinat, le Mexique devient le pays le plus meurtrier du monde pour la profession, d'après RSF.

Jusqu'ici, le Mexique arrivait au 147e rang sur 180 pays au classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF. Selon cette ONG, il s'agit d'un des pays les plus dangereux du monde pour les journalistes, au même niveau que l'Afghanistan, la Syrie ou le Yémen. En 2018, dix journalistes y ont été assassinés. La majorité de ces assassinats restent impunis.