Cet article date de plus de huit ans.

Seule la moitié des Français estiment que téléphoner au volant est dangereux

L'association Prévention routière lance une campagne de sensibilisation sur le téléphone au volant, à l'origine d'un accident sur dix.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un homme au volant à Paris le 11 février 2012. (STÉPHANE OUZOUNOFF / PHOTONONSTOP / AFP)

TELEPHONE - Le téléphone au volant serait à l'origine dun accident sur dix, mais ça n'empêche pas les habitués de persister : 58 % des conducteurs interrogés par l'association Prévention routière utilisent leur téléphone en conduisant. L'organisme lance jeudi 15 novembre une campagne de sensibilisation

La démocratisation des smartphones, qui multiplie les usages possibles du téléphone, a contribué à faire augmenter ce chiffre inquiétant. En 2004, ils n'étaient "que" 23 % à utiliser leur portable au volant, et 19 % en 1999. Seulement 51 % des sondés considèrent que le téléphone au volant constitue un "véritable problème de sécurité" en 2011.

"Le sentiment de dangerosité baisse, et plus les conducteurs font usage de leur portable, plus ce sentiment s'émousse", explique Jean-Yves Salaün, secrétaire général de la Prévention routière. "Les conducteurs relèguent l'usage du téléphone à la sphère des risques mineurs."

Un risque minimisé et pourtant bien réel

La Prévention routière constate surtout que l'utilisation du téléphone au volant est plus répandue chez les jeunes : 76% des 18-24 ans disent utiliser leur téléphone au volant en 2011, contre 44% en 2004 et 30% en 1999.

Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière, évalue à 400 morts le tribut payé au téléphone sur les routes, contre 200 pour le cannabis. "On constate une opprobre beaucoup plus forte pour une conduite sous l'emprise de stupéfiants, explique-telle, or le nombre de morts dus à l'utilisation du téléphone est bien supérieur."

Le code de la route prévoit le retrait de trois points du permis et une amende de 135 euros en cas d'utilisation d'un téléphone tenu en mains pendant la conduite (oreillette et kit mains-libres ne sont pas interdits).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.