Cet article date de plus de huit ans.

Roméo Langlois de retour en France

Retenu pendant 33 jours par les Farc, le journaliste français a atterri vers 11h30 à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle. Le correspondant de France 24, qui affirme avoir été bien traité, est porteur d'une lettre de la guérilla colombienne à François Hollande.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Il a retrouvé les parents avant de donner une nouvelle conférence de presse. Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, l'attendait sur le tarmac avec Pascal Canfin, le
ministre délégué au Développement.

Les Farc retenaient le correspondant de France 24 en Colombie depuis sa capture le 28 avril. Il accompagnait ce jour-là des troupes du gouvernement pour un reportage sur une opération anti-drogue. Il a été blessé au bras au cours des combats. Il a été libéré mercredi après avoir traité "plutôt comme un invité", selon son récit.

Des excuses et une lettre

La guérilla lui a confié une lettre à remettre à François Hollande. Il pourra le faire cet après-midi : le journaliste sera reçu à l'Elysée à 16 heures.
Cette lettre contient notamment un appel à des "pays amis" pour contribuer à une
"sortie négociée" du conflit colombien. Les Farc y présentent aussi des "excuses
publiques" pour avoir qualifié le journaliste de "prisonnier de
guerre".

Un membre de la guérilla avait déjà présenté des excuses à ce sujet au moment de relâcher de Roméo Langlois. La transformation de cette libération en tribune politique a fait l'objet de vives critiques en Colombie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.