Cet article date de plus de six ans.

"Radio France ne peut plus fonctionner comme avant" 'Didier Migaud

Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes a accordé une interview à France Info dans laquelle il commente le rapport explosif sur l'entreprise publique. Il parle de "rigidités" et propose la fusion des rédactions.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

"Radio France peut fonctionner aujourd'hui avec un meilleur rapport coût-efficacité. (...) Comment concevoir qu'on puisse fonctionner aujourd'hui à l'ère du numérique comme avant ?"  Sur France Info, le Président de la Cour des comptes a commenté le rapport de la Cour des comptes rendu public ce mercredi sur l'entreprise publique.  "Il y a des rigidités" . Et Didier Migaud qui évoque un "régime de travail peut-être plus favorable qu'ailleurs" pour les salariés de Radio France. donne un exemple : "On a pu constater des primes d'encadrement qui sont encore versées alors qu'on encadre plus" .  Autre exemple cité par Didier Migaud, les modes de production. Pour lui, "il ne peut pas y avoir d'intermittents pour des missions permanentes".  

"Radio France peut fonctionner aujourd'hui avec un meilleur rapport coût-efficacité" Didier Migaud, président de la Cour des Comptes
écouter

Qui est responsable de cette dérive ? "Il y a une responsabilité partagée et de l'Etat et des directions successives de Radio France (...) L'Etat a insuffisamment précisé les objectifs qu'il fixe à une radio de service public" estime le président de la Cour des comptes. Sur le chantier; "il faut faire le point sur ce qui doit être poursuivi et, le cas échéant, de ce qui doit être arrêté mais je crois qu'il faut surtout séparer ce dossier des réformes structurelles à mener. Les dérives du chantier n'expliquent pas tout" souligne t-il en rappelant au passage que la Cour des comptes "avait en 2006, mis en garde sur la nécessité de bien suivre ce chantier." 

En 2012, des dotations ont été réduites mais sans que l'Etat accompagne cette réduction de dotations 

"En 2012, des dotations ont été réduites mais sans que l'Etat accompagne cette réduction de dotations d'un certain nombre de demandes. Parrallèlement à cette baisse de dotation, les charges ont continué à augmenter, donc, il y a eu un effet de ciseaux. Vous pouvez pas avoir, d'un côté, une réduction des recettes et de l''autre une augmentation des charges. Là, la direction aurait du s'en rendre compte quà un moment donné il y aurait un problème et aujourd'hui, on le vit pleinement '" précise Didier Migaud. 

Au micro de France Info, Didier Migaud est aussi revenu sur ce qui est perçu comme une proposition choc par le personnel de la maison ronde : la fusion des rédactions de France Inter, France Info et France Culture. "Nous avons pu constater que dans le domaine du sport, i y a un certain nombre de  mutualisations qui ont été réalisées. (NDLR : Ce qui n’est pas encore effectivement le cas) Peut-être qu’on peut aller au-delà, la politique, l’économie… Il y a des mutualisations qui ne sont pas encore faites qui pourraient permettre une plus grande efficacité en terme de moyens"   indique Didier Migaud. 

A LIRE AUSSI ►►► Le rapport intégral de la Cour des Comptes 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.