Polémique après "Strip-Tease" : "Je montre la réalité telle qu'elle est"

"Recherche bergère désespérément", diffusé lundi soir sur France 3, a provoqué de vives réactions. La réalisatrice répond aux critiques.

Capture d\'écran du documentaire \"Recherche bergère désespérément\", diffusé sur France 3, lundi 2 juillet.
Capture d'écran du documentaire "Recherche bergère désespérément", diffusé sur France 3, lundi 2 juillet. (FTVI)

Pour son retour sur les écrans de France 3 à l'occasion d'une programmation estivale exceptionnelle, l'émission "Strip-Tease" a fait grand bruit. Le premier opus de cette nouvelle mouture, diffusé lundi 2 juillet, est au cœur d'une polémique. "Cherche bergère désespérément" raconte l'histoire de Damien, agriculteur célibataire, dont les grands-parents veulent rompre la solitude. Ils font appel à une agence matrimoniale afin de le mettre en relation avec une jeune Roumaine. Relation qui va tourner très court, et provoquer l'effondrement psychologique du jeune homme.

Mais pendant la diffusion de ce documentaire de 52 minutes, les commentaires négatifs ont envahi les réseaux sociaux. Sur Twitter d'abord, puis sur le forum de l'émission. Mardi, une tribune parue sur Le Nouvel Obs.com a remis de l'huile sur le feu. "Voyeurisme", "téléréalité pour bobos", "indécence"... La réalisatrice de cet épisode, Véronique Houth, répond aux critiques.  

Comment êtes-vous entrée en contact avec Damien et sa famille ?

Véronique Houth : Par l'intermédiaire de Marguerite, directrice d'une agence matrimoniale dans le Nord, qui avait fait passer des annonces dans un journal agricole. Après plusieurs semaines de repérages, pendant lesquels nous avons rencontré d'autres agriculteurs, elle nous a mis en relation avec Damien. Elle m'a dit : "C'est mignon, c'est la mamie qui appelle..." Il avait aussi l'avantage d'être jeune.

Nous avons donc rencontré Damien et sa famille. Après plusieurs prises de contact, nous leur avons demandé de les suivre avec la caméra. Et voilà ! Le tournage, entamé il y a six mois environ, a duré une dizaine de jours. 

Pourquoi avoir choisi ce sujet ?

Je voulais m'intéresser au monde agricole, un monde qui souffre, et notamment aux hommes qui vivent à la campagne et ont parfois du mal à se marier. J'avais dit aux grands-parents : "Si ça marche avec la jeune fille, j'aimerais filmer leur mariage." Il se trouve que Roxanna est repartie en Roumanie très vite. J'ai quand même continué à filmer l'histoire de Damien, jusqu'à ce qu'il tente sa chance avec une nouvelle femme.

Sur le fond, je n'étais pas là pour mener l'enquête. Je posais des questions, on me répondait ce que l'on veut. Certains me reprochent de n'avoir pas approfondi le sujet, notamment sur le destin de Roxanna ? Ce n'est pas le rôle de cette émission. Je ne fais pas de l'investigation. D'ailleurs, un ami de la famille les met en garde par téléphone à un moment. Qui suis-je pour intervenir ?

Comprenez-vous les critiques qui accusent ce documentaire d'aller trop loin ?

Je ne prends pas position dans ce film. Je respecte l'idée de base de "Strip-Tease", saisir le réel, des moments extraordinaires chez des gens ordinaires. En l'occurrence, cette semaine a sans doute été la plus intense dans la vie de Damien. Il a vécu toutes les émotions. De l'euphorie à la tristesse. C'est notre but, de filmer cela.

Je n'ai pas l'impression d'être allée trop loin. Je montre la réalité telle qu'elle est. Ce n'est pas de la téléréalité, comme certains l'affirment, mais la télé du réel. Il y a une différence. D'ailleurs, quand Damien craque, sur le perron de sa maison, on a continué à filmer mais à travers la fenêtre, on est resté derrière la porte. Après, au montage, on a eu des discussions avec l'équipe, mais on a décidé de tout garder. Si l'on commence à couper certains moments, alors on ne comprend plus rien.

Savez-vous ce que sont devenus les personnages ?

Marguerite m'a dit que Roxanna était revenue en Roumanie. Sa mère avait décidé d'envoyer la jeune fille en Italie après son échec avec Damien, mais là, on ne sait pas ce qui est arrivé. J'ai également gardé contact avec les deux grands-parents. Ils m'ont dit que Damien avait tenté sa chance avec une seconde jeune fille, également roumaine, mais ça n'a pas marché. Elle est repartie au bout d'une dizaine de jours.