Médias en Seine : les jeunes s'intéressent "peu" à l'actualité mais privilégient les médias traditionnels pour s'informer, selon notre sondage

Les jeunes, qui déclarent s'intéresser peu ou pas du tout à l'actualité, mettent en avant le caractère négatif et angoissant des informations reçues.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Les médias généralistes traditionnels restent les canaux d’information privilégiés des jeunes, selon cette enquête.Photo d'illustration. (VANESSA MEYER / MAXPPP)

Les jeunes s'intéressent "peu" à l'actualité, mais privilégient les médias traditionnels pour s'informer. C'est ce qui ressort du sondage réalisé pour franceinfo, Le Parisien et Les Echos, publié lundi 21 novembre, à l'occasion de la cinquième édition du festival Médias en Seine qui se tient mardi à la Maison de la Radio et de la Musique et au siège des Echos-Le Parisien.

Près de la moitié des jeunes de 16 à 30 ans (46%) disent s'intéresser "peu" à l'actualité, quand quatre sur dix (38%) avouent y avoir beaucoup d'attrait. Cet intérêt est principalement dominé par les sujets sociaux (pouvoir d’achat, chômage, inégalités…), sociétaux (égalité femmes-hommes, discriminations…), ainsi que par la question environnementale. Quand ils s'intéressent peu ou pas du tout à l'actualité, les jeunes mettent en avant le caractère négatif et angoissant des informations reçues.

Les médias généralistes traditionnels privilégiés

Selon cette enquête, ce sont les médias généralistes traditionnels (télévision, radio, presse) qui restent les canaux d’information privilégiés des jeunes, que ce soit via leur support traditionnel ou par le biais de leurs comptes sur les réseaux sociaux, leurs sites ou leurs applications.

Dans le détail, ce sont les chaînes de télévision qui restent les supports favoris des jeunes pour s’informer sur l’actualité. Les chaînes généralistes classiques sont largement plébiscitées par la moitié des jeunes (50%), loin devant les chaînes d’information en continu, citées par 30% des personnes interrogées. Les médias exclusivement en ligne ainsi que les influenceurs et/ou experts présents sur les réseaux sociaux sont assez loin derrière, et davantage cités par les moins de 20 ans. Les médias en ligne tels que Brut, Konbini, Mediapart ou le Huffington Post sont cités par 21% de l'échantillon. À noter encore que pour suivre l'actualité, la radio est le média favori de 22% des 16 à 30 ans.

Reste qu'en parallèle de ces sources d’information dites classiques, les jeunes utilisent beaucoup les réseaux sociaux et les médias diffusant exclusivement en ligne. Instagram et YouTube sont les réseaux les plus cités quand il s’agit de s’informer sur l’actualité (48% pour Instagram et 42% pour YouTube). Au total, 94% des jeunes avouent utiliser quotidiennement au moins une de ces sources pour s’informer.

Une confiance assez forte en certains médias

Selon ce sondage, les jeunes de 16 à 30 ans assurent avoir une confiance assez forte en certains médias et certains journalistes et experts. Les trois quarts d'entre eux (75%) confient qu’il y a des médias en lesquels ils ont confiance. Et 73% donnent également du crédit à des journalistes ou experts pour leur donner une information fiable et de qualité. Six sur dix (60%) reconnaissent aussi avoir des réseaux sociaux ou des influenceurs en lesquels ils ont confiance.

Cette confiance, environ six jeunes sur dix la donnent avant tout dans les informations données par la presse écrite, les radios d’information ou les chaînes traditionnelles. Dans le détail, 62% citent les journaux ou magazines spécialisés (L’Equipe, Les Echos, Science & Vie…), 61% les radios d’information (franceinfo, France Inter, RTL, Europe 1, RMC…), 61% les journaux régionaux, 60% les journaux ou magazines généralistes (Le Monde, Le Figaro, Le Parisien/Aujourd’hui en France, 20 Minutes, Le Point, Courrier International…) et 59% les chaînes de télévision généralistes traditionnelles.

Mais seulement 48% des personnes interrogées disent avoir confiance dans les médias diffusant exclusivement en ligne, 44% dans les comptes de personnalités sur les réseaux sociaux dédiés à l’actualité. Les chaînes d’information en continu ne sont crédibles qu'auprès de 39% des 16-30 ans. À noter encore que pour six jeunes sur dix (62%), les fake news sont relativement rares dans les médias traditionnels par rapport aux médias en ligne ou aux influenceurs où ces fausses informations apparaissent répandues aux yeux de 63% des personnes interrogées.

Des décryptages et des formats courts attendus

L'enquête montre enfin les attentes des jeunes vis-à-vis des médias. Ils souhaitent avant tout des médias généralistes qui analysent et décryptent tous les sujets (78%) et sur un ton sérieux (62%). Un peu plus de la moitié des jeunes interrogés (55%) sont aussi en attente de formats courts, rapides à lire et faciles à comprendre. Ils sont aussi en attente de formats vidéo pour mieux appréhender l'actualité et souhaitent avant tout des médias qu’ils abordent davantage la question environnementale et les sujets sociaux (28% de citations), les sujets de santé (20%) ou l'économie (18%).


*Ce sondage Ipsos pour Médias en Seine avec franceinfo, Le Parisien et Les Echos a été réalisé par internet du 10 au 15 novembre 2022 auprès d'un échantillon de 1 000 jeunes sélectionnés sur la méthode des quotas et constituant un échantillon représentatif de la population française âgés de 16 à 30 ans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.