Cet article date de plus de treize ans.

Les salariés de RFI réalisent leur propre émission

Installés sur le parvis de l'hôtel de ville à Paris, ils ont diffusé, mercredi 25 juin, leur émission sur le plan social
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La radio France Internationale (© France)
Installés sur le parvis de l'hôtel de ville à Paris, ils ont diffusé, mercredi 25 juin, leur émission sur le plan socialInstallés sur le parvis de l'hôtel de ville à Paris, ils ont diffusé, mercredi 25 juin, leur émission sur le plan social

Cette émission "éphémère" et "autonome", réalisée par des salariés grévistes et non grévistes a été diffusée en dix-neuf langues, indépendamment de l'antenne de RFI, après six semaines de mobilisation.

Pendant les sept heures d'antenne, plusieurs personnalités ont exprimé leur attachement à la radio et leur soutien au mouvement.

Elle a été faite sur le site internet "RFI Ripostes", en direct de la place de la mairie de Paris, via une sono, depuis un stand prêté par l'hôtel de ville, a expliqué l'un des initiateurs. Ils militent contre le plan social et la fermeture des bureaux de six langues. Cette antenne est perturbée, depuis le 12 mai, par une grève "illimitée".

"Nous avons voulu expliquer aux auditeurs le poids de RFI dans le monde et les menaces que fait peser le plan social sur son avenir, indépendamment de l'intersyndicale et des procédures judiciaires" a t-il précisé.

Des artistes, des intellectuels et des personnalités politiques ont formulé "leurs craintes" par rapport à son destin. La socialiste Anne Hidalgo, Marie-Christine Blandin, Noël Mamère (vert) ont participé à l'émission. L'écrivain Julia Kristeva, Ismail Kadaré, Erik Orsenna, le scientifique Albert Jacquard, le comédien Jean-Pierre Bacri ont aussi pris la parole. Sans oublier, l'ancien patron Hervé Bourges et l'ancien ministre Jacques Toubon qui sont intervenus.

Ce plan social a été suspendu par la cour d'appel, qui a demandé à la direction de tenir davantage au courant le comité d'entreprise, notamment sur la création de holding AFE (Audiovisuel extérieur de la France) qui coiffe RFI et France 24.

S'estimant mal informé, le CE a saisi le juge de l'exécution du TGI de Paris. Ce dernier doit réexaminer le dossier et rendre sa décision, lundi 29 juin.

Compléments d'information sur la vidéo du site : http://rfiriposte.wordpress.com

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.