Cet article date de plus d'onze ans.

Les autorités de protection des données personnelles de dix pays ont écrit au géant américain de l'internet Google

Cette démarche l'exhorte à respecter les lois relatives à la protection de la vie privée, a annoncé mardi la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil).Les signataires sont la France, l'Allemagne, le Canada, l'Espagne, l'Irlande, Israël, l'Italie, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
google logo

Cette démarche l'exhorte à respecter les lois relatives à la protection de la vie privée, a annoncé mardi la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil).

Les signataires sont la France, l'Allemagne, le Canada, l'Espagne, l'Irlande, Israël, l'Italie, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

La lettre signée par les autorités de protection des données personnelles de ces dix pays fait suite au lancement le 9 février du nouveau service de réseau social de Google, baptisé Buzz.

"Nous nous inquiétons de voir que trop souvent le droit à la vie privée des citoyens du monde est laissé de côté lors du lancement de nouvelles applications technologiques", écrivent les signataires dans cette lettre, qui constitue selon la Cnil une "collaboration sans précédent".

"Nous avons été troublés par votre lancement récent de l'application de réseau social Buzz, qui a été fait dans le mépris des normes et des lois fondamentales en matière de protection de la vie privée", ajoutent-ils. "En outre, ce n'était pas la première fois que votre entreprise omettait de tenir compte du respect de la vie privée en lançant de nouveaux services".

Lors du lancement de Google Buzz, des utilisateurs de comptes courriel Gmail s'étaient vu attribuer automatiquement, sans leur consentement, une liste de contacts comprenant des personnes avec lesquelles ils avaient communiqué le plus souvent. Google a depuis présenté des excuses et modifié son service pour répondre aux critiques sur la confidentialité.

Dans la lettre adressée à Google, les autorités reconnaissent que "Google n'est pas la seule entreprise en ligne à avoir omis de tenir compte du respect de la vie privée de ses utilisateurs au moment de lancer de nouveaux produits". Elles l'exhortent toutefois à montrer l'exemple, "à titre de chef de file du monde virtuel".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.