Cet article date de plus de dix ans.

Le prestigieux World Service de la BBC a annoncé mercredi un plan drastique d'économies forcées

Ses effets: supprimer 25% des effectifs et abandonner de nombreux services en langues étrangères vers tous les continents.Les mesures se traduiront par la suppression de 650 des 2.400 emplois sous deux ans et la fermeture immédiate de services en cinq "langues": albanais, serbe, macédonien, anglais pour les Caraïbes et portugais vers l'Afrique.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.

Ses effets: supprimer 25% des effectifs et abandonner de nombreux services en langues étrangères vers tous les continents.

Les mesures se traduiront par la suppression de 650 des 2.400 emplois sous deux ans et la fermeture immédiate de services en cinq "langues": albanais, serbe, macédonien, anglais pour les Caraïbes et portugais vers l'Afrique.

Les services radiophoniques (mais pas les contenus pour la télévision, l'internet et les téléphones mobiles) seront interrompus dans sept autres langues: azéri, russe, espagnol pour Cuba, turc, vietnamien et ukrainien, ainsi que le mandarin. Cette dernière mesure résulte du brouillage systématique opéré par le régime de Pékin, a expliqué Peter Horrocks, directeur de BBC Global News.

Peter Horrocks a estimé à 30 millions (sur les 180 actuels) la perte d'audience à attendre à l'étranger malgré l'ambition immuable de la BBC "de rester le fournisseur le plus réputé et le plus respecté au monde d'informations de grande qualité, en toute impartialité et indépendance éditoriale".

Enfin, l'ensemble des programmes radio sur ondes courtes, un vecteur devenu obsolète, disparaîtront progressivement sous trois ans à partir de mars 2011, à commencer par l'hindi, le népalais et les émissions à destination des grands lacs (Rwanda et Burundi).

Le ministère des Affaires étrangères, seule source de financement du World Service, a exigé 16% d'économies sur 4 ans à compter de 2011. De plus, à compter de 2014, il cessera tout versement et le World Service devra se financer auprès de la BBC qui tire son budget de la redevance audiovisuelle. Cette manne annuelle de 3,7 milliards d'euros a cependant été gelée sur six ans. Le groupe BBC a, de son côté, annoncé en janvier 350 suppressions d'emplois dans le secteur de l'internet.

Des coupes qui font mal
"C'est un jour difficile pour le BBC World Service et les 180 millions de personnes dans le monde qui comptent sur les services d'information internationaux de la BBC chaque semaine", a déclaré Peter Horrocks, directeur de BBC Global News.

Les coupes sont "incroyablement douloureuses", a reconnu Mark Thompson, le directeur général du premier groupe public audiovisuel au monde, tandis que Jeremy Dear, secrétaire général du Syndicat national des journalistes (NUJ) dénonçait "un acte de vandalisme (...) aux conséquences irrémédiables".

M. Thompson s'est cependant voulu rassurant quant à l'avenir du World Service. Selon lui, grâce aux développements sur la télévision, l'internet et les mobiles, son audience va continuer à croître "de sorte qu'il restera plus écouté que jamais".

Pour le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague, dans une lettre aux parlementaires pour démentir toute perte d'influence, "le World Service restera une voix puissante et distincte".

Dans l'immédiat, Jeremy Dear retient surtout que le World Service passera derrière son rival historique, Voice of America.

Ces mauvaises nouvelles font suite à une avalanche de critiques des détracteurs et concurrents de la BBC, qui demandent un arrêt de "l'expansionnisme" et "l'abolition des privilèges" qui lui permettent d'offrir gratuitement des contenus là ou les autres médias souffrent de la crise et peinent à monnayer leur offre en ligne. Sur la défensive, la BBC joue la transparence, en publiant désormais les salaires de ses hauts dirigeants.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.