Cet article date de plus de neuf ans.

Le premier groupe audiovisuel public au monde, la BBC, rattrapé par la cure d'austérité, a dévoilé son plan d'économies.

La BBC prévoit un plan de 20 % d'économies, qui se traduira notamment par la suppression de 2000 emplois d'ici à 2017.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (Carl Court / AFP)

La BBC prévoit un plan de 20 % d'économies, qui se traduira notamment par la suppression de 2000 emplois d'ici à 2017.

Cette décision vient au terme de neuf mois de consultation interne. Six-cent soixante-dix millions de livres (soit 777 millions d'euros) vont ainsi être économisées annuellement. Commentant son rapport baptisé "la qualité d'abord", Mark Thompson, Directeur général du groupe, a assuré que les sacrifices consentis permettront de maintenir intactes "la qualité et la créativité." Et notamment l'excellence éditoriale servie "par les meilleurs journalistes au monde". Avec cette mise en garde, toutefois : "A mon sens, c'est la dernière fois que la BBC peut se permettre des économies d'une telle ampleur sans perte substantielle de service et/ou de qualité".

Les coupes sont la conséquence directe du gel de la redevance pour six ans, véritable manne annuelle de 4 milliards d'euros, décrété par le gouvernement en 2010, dans le cadre de sa politique d'austérité drastique. Avec à la clef la disparition de 330.000 emplois du secteur public.

En 2010, le budget du secteur internet de la BBC avait été réduit de 25%, à la plus grande satisfaction de certains médias nationaux qui dénonçaient "la concurrence déloyale" du géant public subventionné.

Institution nationale vénérée - avec un indice de satisfaction comparable, à 74% - la BBC emploie 22 899 personnes et coiffe huit chaînes de télévision nationale et 54 radios. Elles exporte des programmes dans le monde entier et son site web figure parmi les plus visités en Europe. Son service mondial comptait avant les coupes 32 langues à destination de plus de 150 millions d'auditeurs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.