Cet article date de plus de dix ans.

Le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, a lancé jeudi la deuxième saison de l'opération "Mon journal offert"

Cette opération vise à redonner aux jeunes le goût de la presse écrite, alors qu'ils sont de plus en plus connectés à Internet.Comme l'an passé, 220.000 abonnements gratuits seront proposés aux jeunes âgés de 18 à 24 ans parmi 62 quotidiens, à raison d'un exemplaire par semaine pendant un an.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Cette opération vise à redonner aux jeunes le goût de la presse écrite, alors qu'ils sont de plus en plus connectés à Internet.

Comme l'an passé, 220.000 abonnements gratuits seront proposés aux jeunes âgés de 18 à 24 ans parmi 62 quotidiens, à raison d'un exemplaire par semaine pendant un an.

La demande doit être faite entre le 14 octobre et le 31 décembre sur le site www.monjournaloffert.fr.

Une étude de satisfaction réalisée du 10 au 17 mai 2010 par Vision Critical auprès de 2.523 jeunes ayant profité de la première édition a permis de constater chez eux un regain d'intérêt pour l'actualité.

Plus des trois quarts des sondés (76%) ont estimé que l'opération avait éveillé en eux un intérêt pour la presse ; 62% des sondés sont allés consulter l'édition web du quotidien choisi, que 44% sont allés acheter au cours de la semaine.

Plus de la moitié (53%) ont dit acheter d'autres quotidiens, ce que la plupart ne faisaient pas auparavant.

Parmi les journaux les plus demandés, les quotidiens nationaux ont figuré en bonne place. La surprise est venue de l'International Herald Tribune, quotidien en langue anglaise, dont la demande a été 15 fois plus forte que le quota attribué.

Le coût de l'opération est d'environ 10 millions d'euros par an, dont un tiers à la charge de l'Etat.

Pour cette nouvelle édition, trois quotidiens régionaux complètent la liste des journaux proposés: Centre Presse (Poitiers), La Dordogne Libre (Périgueux) et Le Journal de la Haute-Marne (Chaumont).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.