Cet article date de plus d'onze ans.

Le Conseil d'administration de France Télévisions a suspendu les négociations exclusives pour la vente de sa régie pub

Elles ont été entamées avec le consortium Publicis-Lov Group.La décision tient compte de "l'incertitude substantielle entourant le maintien ou non de la publicité avant 20h", dit France Télévisions, selon qui "la négociation exclusive en cours est intrinsèquement liée à l'hypothèse d'une suppression de la pub avant 20h sur les antennes du groupe".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Patrick de Carolis, président de France Télévisions (AFP - Patrick Kovarik)

Elles ont été entamées avec le consortium Publicis-Lov Group.

La décision tient compte de "l'incertitude substantielle entourant le maintien ou non de la publicité avant 20h", dit France Télévisions, selon qui "la négociation exclusive en cours est intrinsèquement liée à l'hypothèse d'une suppression de la pub avant 20h sur les antennes du groupe".

"Cette résolution devra donc se traduire par une adaptation de la négociation exclusive avec Lov-Publicis", relève encore le communiqué du groupe public.

Pas un "retournement" de France Télévisions
Le numéro deux de France Télévisions, Patrice Duhamel, a affirmé mercredi à Cannes qu'il n'y avait pas eu de "retournement" du groupe public, qui a suspendu mardi les négociations exclusives avec Publicis-Lov Group.

"Il n'y a pas de retournement ni de changement de pied. On fait exactement ce qu'on a dit qu'on ferait", a déclaré M. Duhamel, en charge des antennes, des programmes et de l'information de France Télévisions, lors d'un déjeuner de presse au MIPTV (marché international des programmes audiovisuels).

Interrogé sur la rumeur de nomination d'Alexandre Bompard, patron d'Europe 1, à la tête de France Télévisions, bien avant la date prévue de remplacement de M. de Carolis, M. Duhamel a répondu : "je ne vous dirai pas que diriger France Télévisions dans les heures qui viennent est une partie de plaisir".

Enfin, concernant les annonces faites lundi à Cannes par le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand pour "rénover" la fiction française, M. Duhamel s'est dit "surpris" de n'avoir été consulté à "aucun niveau, alors que France Télévisions finance plus de la moitié de la fiction française".

Un projet de vente controversé
Depuis février, le groupe public négocie avec le consortium constitué de Publicis et de Lov Group, du producteur Stéphane Courbit, pour lui céder sa régie publicitaire, France Télévisions Publicité (FTP). Or, ce projet de vente a suscité une levée de boucliers de la part des syndicats, d'hommes politiques et de professionnels du secteur publicitaire, certains arguant de conflit d'intérêts.

En outre, plusieurs voix se sont élevées, dont celle du patron des députés UMP Jean-François Copé, pour s'interroger sur l'opportunité de maintenir la publicité avant 20h. La suppression totale de la publicité est prévue pour fin 2011.

"Quelle que soit l'issue du débat sur la publicité avant 20h sur les chaînes du groupe, France Télévisions réaffirme sa volonté de rechercher et mettre en oeuvre toute solution visant à garantir la pérennité et le développement de l'activité de France Télévisions Publicité", souligne encore le texte diffusé à l'issue du Conseil d'administration. Et indique également que "le rapport évaluant l'impact de la suppression de la publicité après 20h sur l'évolution du marché publicitaire prévu à l'origine pour le 31 mai 2011 (...) sera en fait transmis au Parlement avant le 30 décembre 2010".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.