Cet article date de plus d'onze ans.

La levée de la censure sur Internet a été une des dernières mesures annoncées par Ben Ali avant sa chute

Et maintenant, faut-il relâcher la vigilance ?Qu'en pense Astrubal (c'est un pseudo) du site Nawaat.org, en pointe sur tous les événements depuis qu'un jeune chômeur, Mohammed Bouazizi, s'est immolé par le feu le 17 décembre à Sidi Bouzid ?Il estime, même si celle-ci est levée, qu'il faudra "déconstruire la censure".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le site Nawaat.org

Et maintenant, faut-il relâcher la vigilance ?
Qu'en pense Astrubal (c'est un pseudo) du site Nawaat.org, en pointe sur tous les événements depuis qu'un jeune chômeur, Mohammed Bouazizi, s'est immolé par le feu le 17 décembre à Sidi Bouzid ?

Il estime, même si celle-ci est levée, qu'il faudra "déconstruire la censure".

"La censure était une censure illégale, contraire à l"article 8 de la constitution tunisienne et à la déclaration universelle des droits de l"homme.", déclare-t-il, tout en tenant, pour l'instant, à garder l'anonymat ("Mon cas est particulier, je vis entre la France et la Tunisie. Je suis enseignant en France, et je ne veux pas y mêler mon militantisme en Tunisie").

Le premier combat de Nawaat.org, rappelle-t-il, fut de "changer la perception des Tunisiens". Leur faire comprendre, pendant des années, que 'les clandestins n'étaient pas les blogueurs, mais ceux qui censuraient dans l"ombre." Et de rappeler que "les gens avaient peur, pour eux et pour leur famille. C"était un régime tyrannique , qui pratiquait la torture.".

Au Maghreb, "le niveau d'éducation est en avance sur le pouvoir"
La censure a-t-elle été efficace ? Non, estime-t-il. "Pour la contourner, la Tunisie était devenue la championne du monde de l"utilisation des proxys, ça se voyait à la consommation de la bande passante. La censure ne sert presque à rien, tout le monde accédait quand même à l"information. Quand on fermait un site, les autres sites reprenaient l"information, la diffusaient de façon virale, via les réseaux sociaux. Nawaat est d'ailleurs décliné de multiples façons, présent sur Facebook, sur Twitter etc."

Croit-il que le mouvement va faire tache d"huile au Maghreb? "C"est la marche de l"histoire. On a entendu tellement de bêtises qu"on risquait de basculer dans l"islamisme et tout ça. Il va y avoir contagion, je pense. De toute façon, le niveau d"éducation au Maghreb est en avance sur le pouvoir."

"Il va falloir déconstruire la censure"
Et maintenant, en Tunisie ? "Il n"y a plus de censure, c"est une victoire totale pour l"Internet. Maintenant il va falloir déconstruire la procédure de la censure, savoir qui faisait quoi. Est-ce qu"il y a eu des fichiers stockant les logins et les mots de passe de blogueurs, d'internautes, d'opposants ? Le respect des libertés fondamentales passe par une lutte permanente. Pour les élections, nous allons faire un travail d"information très important. Et comment ! Parce qu'il s'agit de nous."

En toute amitié, Nawaat va également garder un oeil vigilant sur les premières décisionsdont la libération, la semaine dernière, avait précédé de 24h la chute de Ben Ali. Via Twitter, le site collectif de blogueurs lui a adressé ce message aussi chaleureux qu'attentif : "Nawaat félicite Slim Amamou. On l'a à l'oeil, particulièrement à l'oeil."

-> Voir aussi :

. Nawaat.org

. Le blog d'Astrubal

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.