Cet article date de plus de neuf ans.

La Bulgare Irina Bokova prend la tête de l'Unesco

La nouvelle directrice générale de l'Unesco prend aujourd'hui officiellement ses fonctions. Irina Bokova avait été élue le 22 septembre, en battant le favori, l'Egyptien Farouk Hosni. Première femme élue à la tête de l'organisation, elle est aussi le premier ressortissant d'un pays de l'Est à occuper une haute fonction dans le système onusien.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

"Je représente la génération d'une Europe divisée, de l'Europe de la guerre froide. Nous savions (en 1989) depuis longtemps que le changement, la démocratisation, la liberté, étaient imminents, et je trouve maintenant que nous sommes plus convaincus, plus attachés à certaines valeurs", déclarait-elle la semaine dernière, en soulignant qu'elle défendrait particulièrement les valeurs démocratiques à son poste de directrice générale de l'Unesco (Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture).

Ambassadrice de Bulgarie en France, à Monaco et auprès de l'Unesco depuis 2005, âgée de 57 ans, cette femme dynamique, ouverte et souriante, est une ancienne communiste, diplomate de carrière, devenue une militante convaincue de la cause européenne.

Personnalité très populaire du Parti socialiste (ex-communiste), aujourd'hui dans l'opposition, elle a appartenu à la jeunesse dorée sous la dictature communiste. Son père, Gueorgui Bokov, a été rédacteur en chef du journal du Parti communiste Rabotnitchesko Delo. Irina Bokova a été premier vice-ministre des Affaires étrangères et coordinateur des relations de la Bulgarie avec l'Union européenne (UE) de 1995 à 1997 avant de devenir brièvement chef de la diplomatie bulgare de novembre 1996 à février 1997.

Elle a fait partie des pionniers de l'adhésion de la Bulgarie à l'UE en 2007. Elue députée à deux reprises, à l'assemblée constituante après la chute de la dictature communiste de 1990 à 1991, puis de 2001 à 2005, elle a alors été vice-présidente de la Commission parlementaire des Affaires étrangères et membre de la Commission parlementaire d'intégration européenne.

Le Conseil exécutif de l'Unesco, composé de 58 pays membres, avait élu cette diplomate de 57 ans en septembre après 5 tours face au favori égyptien Farouk Hosni, accusé d'antisémitisme pour avoir dénoncé les "pressions sionistes" et américaines contre sa candidature.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.