L'ultimatum des journalistes du "Monde" à leur nouvel actionnaire Daniel Kretinsky pour leur "liberté éditoriale"

La quasi-totalité des journalistes du "Monde" signent une tribune, mardi, pour demander à l'homme d'affaires tchèque Daniel Kretinsky de "garantir leur indépendance".

Le siège du quotidien \"Le Monde\", à Paris, en avril 2019.
Le siège du quotidien "Le Monde", à Paris, en avril 2019. (MANUEL COHEN / AFP)

"Il y va de notre liberté éditoriale." Les journalistes du Monde ont sommé, mardi 10 septembre dans une tribune, leur nouvel actionnaire Daniel Kretinsky de "garantir leur indépendance" en leur donnant un droit de regard sur les changements de contrôle capitalistique du groupe (Le Monde, Télérama, Courrier international, La Vie...).

Un des deux actionnaires majoritaires, Xavier Niel, a signé ce droit de regard lundi. La quasi-totalité des journalistes du Monde demande désormais à l'autre actionnaire majoritaire Matthieu Pigasse et à son nouvel associé, l'homme d'affaires tchèque Daniel Kretinsky, de "cosigner cet accord" avant le 17 septembre.

"Un moment crucial"

"C'est l'occasion pour ce dernier de joindre le geste à la parole", soulignent les journalistes. Dans une de ses rares déclarations publiques, Daniel Kretinsky avait expliqué, jeudi, à Paris, que ses investissements étaient motivés par "l'ambition de soutenir le journalisme traditionnel", "l'ambition de soutenir la démocratie européenne et de lutter contre la manipulation et le populisme".

"Le Monde vit un moment crucial", poursuivent les journalistes : "Pour la première fois de son histoire, il pourrait être contraint d'accueillir dans son capital un nouvel actionnaire sans que sa rédaction ait été consultée."

"La signature du droit d'agrément est un préalable à l'ouverture de discussions pour connaître les réelles intentions de monsieur Kretinsky. Ce serait également un premier signe que l'industriel comprend la singularité du groupe Le Monde", concluent les plus de 450 journalistes du Monde, rejoints par les salariés de Courrier International et de Télérama.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Comment les médias peuvent-ils améliorer la société ?" avec Make.org, Reporters d’Espoirs et plusieurs autres médias. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.