Cet article date de plus d'onze ans.

L'hebdomadaire satirique, fondé en septembre 2008 par un ancien caricaturiste de Charlie Hebdo, fermera fin avril

"Bien que le chiffre des ventes soit resté tout à fait honorable en ces temps de crise économique (37.000 ventes), Siné Hebdo perd chaque semaine de l'argent", explique le journal dans un communiqué.L'hebdomadaire, fondé avec un capital de 2.400 euros et sans publicité, perd 35.000 euros par mois.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

"Bien que le chiffre des ventes soit resté tout à fait honorable en ces temps de crise économique (37.000 ventes), Siné Hebdo perd chaque semaine de l'argent", explique le journal dans un communiqué.

L'hebdomadaire, fondé avec un capital de 2.400 euros et sans publicité, perd 35.000 euros par mois.

"Tout aura été tenté: impression sur un papier moins cher, réduction des piges acceptée unanimement par les collaborateurs et appel aux dons lancé le 10 mars... "Mais cela ne suffit pas.... On n'allait tout de même pas risquer qu'un administrateur judiciaire impose sa loi à Siné Hebdo!", poursuit le communiqué.

Le journal sortira encore quatre numéros. Le dernier, qui paraîtra le 28 avril, "sera l'objet d'un enterrement joyeux lors de la manif du 1er mai où l'équipe de Siné Hebdo vendra ce collector en fanfare!".

Siné Hebdo avait été lancé le 10 septembre 2008 par le dessinateur Siné, licencié de Charlie Hebdo après une chronique sur une supposée conversion au judaïsme de Jean Sarkozy. Siné est directeur de la publication, la rédaction en chef étant assurée par son épouse, Catherine Siné.

Le journal, vendu au prix de 2 euros, emploie 10 salariés. Sa création avait été à l'origine de dissensions dans le monde des dessinateurs de presse, certains d'entre eux ayant été contraints de choisir leur camp.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.