Kate seins nus, les protagonistes du scandale

FTVi vous présente les principaux personnages de l'affaire qui secoue Buckingham Palace.

La femme du prince William, Kate Middleton, fait la une du magazine français \"Closer\" avec des photos seins nus, le 14 septembre 2012.
La femme du prince William, Kate Middleton, fait la une du magazine français "Closer" avec des photos seins nus, le 14 septembre 2012. (THOMAS SAMSON / AFP)

MEDIAS - Tous les ingrédients du scandale sont là : un couple princier, des photos compromettantes, un magazine people irrévérencieux, un palais royal en colère… Les clichés des seins de la duchesse de Cambridge, Kate Middleton, épouse du prince William, publiés vendredi 14 septembre par Closerne sont pas loin de se transformer en affaire d'Etat. FTVi vous présente les protagonistes de l'affaire qui secoue Buckingham Palace.

"Closer", le magazine people qui assume 

C'est l'un des derniers-nés sur le marché de la presse people en France. Closer en est devenu leader avec un ton irrévérencieux tout en assurant jouer la proximité avec les stars.

Il publie vendredi, sur cinq pages, une quinzaine de photos du couple princier britannique en train de prendre le soleil sur la terrasse d'une maison d'hôte de luxe, le château d'Autet, en Provence, début septembre. Une demi-douzaine de clichés, vraisemblablement pris au téléobjectif, montrent la duchesse de Cambridge seins nus.

"Il faut dédramatiser un peu ces images, il y a des réactions disproportionnées", a réagi la directrice de la rédaction, Laurence Pieau. Pour elle, "ces images sont joyeuses, pas dégradantes".

REUTERS

Kate et William, le couple princier jusque-là préservé

En publiant ces photos, Closer a brisé un tabou, Kate et William ayant été jusque-là relativement préservés des paparazzi. Ils "ont été profondément peinés d'apprendre qu'un magazine français et un photographe avaient porté atteinte à leur vie privée d'une manière aussi grotesque et totalement injustifiable", a fait savoir un communiqué des services du prince. Les deux jeunes gens ont assigné Closer vendredi en référé à Nanterre pour "atteinte à la vie privée", a-t-on appris de sources proches du dossier.

L'affaire tombe mal pour le couple, qui était depuis plusieurs jours à nouveau sous les feux de la rampe avec la tournée qu'il effectue en Asie-Pacifique en l'honneur des 60 ans de règne d'Elizabeth II.

Buckingham, un palais royal soucieux de son image

"Atteinte à la vie privée""grotesque""totalement injustifiable". L'entourage royal a réagi vendredi avec une rare colère à la publication en France des photos de Kate seins nus. Et d'oser le parallèle : "Une ligne rouge a été franchie. Cet incident rappelle les pires excès de la presse pendant la vie de Diana", la mère de William traquée toute sa vie par les paparazzis jusqu'à son accident de voiture mortel à Paris en 1997.

Cet incident constitue un sérieux couac dans la communication soigneusement orchestrée depuis des mois par Buckingham Palace pour mettre en avant le jeune couple, dont l'image sympathique et policée a beaucoup contribué au regain de popularité de la monarchie. Depuis son mariage de conte de fées en avril 2011 avec le futur héritier du trône, Kate est dans tous les magazines, saluée pour son élégance et ses débuts dans ses nouvelles fonctions.

Les tabloïds britanniques marchent sur des œufs 

Il y a trois semaines, le palais royal avait déjà eu fort à faire après la publication par The Sun de photos du prince Harry, le frère de William, nu lors d'une partie de "strip-billard" à Las Vegas. Le journal avait décidé de publier ces clichés au "nom de l'intérêt général", estimant que l'image du Royaume-Uni était en jeu.

Cette fois-ci, aucun tabloïd britannique ne s'est immédiatement risqué à publier les clichés de Kate, proposés à plusieurs publications, selon la BBC. "Il n'y a aucun intérêt général dans ce cas", les photos ayant été prises dans un cadre privé, a estimé sur Sky News Neil Wallis, qui dirige la rédaction de The People, un hebdomadaire dominical sur les célébrités.

La presse britannique ménage la famille royale depuis la mort de Diana. Le grand déballage autour de l'affaire du News of the World, un tabloïd accusé d'avoir mis des centaines de personnes sur écoutes pour obtenir des scoops, l'a aussi rendue plus prudente. D'autant que depuis le scandale, une commission rédige un rapport sur l'éthique de la presse attendu avec anxiété par le secteur, qui redoute une loi pour encadrer ses pratiques.