iTELE arrête l'émission "Ça se dispute" avec Eric Zemmour

Dans un communiqué, la chaîne d'information en continu iTELE annonce qu'elle met fin à l'émission "Ça se dispute" dans laquelle intervenait Eric Zemmour dès le mois prochain.

(L'émission "Ca se dispute" dans laquelle participait Eric Zemmour sera arrêté en janvier 2015 © Maxppp)

Alors que "l'affaire Eric Zemmour" avait pris une tournure judiciaire ce vendredi, la chaîne d'information en continu iTELE annonce qu'elle met fin à l'émission "Ça se dispute", dans laquelle intervenait le polémiste. "iTELE a décidé de mettre fin à l'émission Ca se dispute, qui ne reprendra pas en janvier 2015 ", a indiqué la chaîne dans un communiqué sans donner plus de détails.

La Société des journalistes (SDJ) de la chaîne s'est "félicitée " de cette "prise de position forte " qu'elle "attendait ".  "Les déclarations d'Eric Zemmour dans le Corriere della Sera ont profondément choqué les membres " de la SDJ qui s'est "mobilisée " au début de la semaine à ce sujet, écrit-elle. "La SDJ après consultation estime dans sa très large majorité qu'Eric Zemmour, à cause des propos tenus n'a plus sa place d'éditorialiste sur l'antenne d'iTELE ".

A LIRE AUSSI ►►► L'affaire Eric Zemmour prend une tournure judiciaire 

Un peu plus tôt, plusieurs associations anti-racistes avaient dénoncé les propos d’Eric Zemmour sur les musulmans, lors d’un entretien au quotidien italien Corriere della Sera  daté du 30 octobre. Le Conseil représentatif des associations noires (CRAN) ainsi que la Licra et l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) ont annoncé vouloir porter plainte contre Eric Zemmour pour "incitation à la haine raciale ". Et La Grande Mosquée de Paris et l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) pensent faire de même. Eric Zemmour dénonce une "manipulation fantastique ".

A LIRE AUSSI  ►►►Quand Eric Zemmour imagine la déportation de musulmans 

"Eric Zemmour a été averti, maintenant il est temps de passer à la sanction (...). Toutes les libertés ont des limites" (Louis-Georges Tin, président du Cran)
--'--
--'--