Cet article date de plus de quatre ans.

"On n'est pas couché" : le CSA met en demeure France Télévisions après l'altercation Angot-Rousseau

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel critique un "choix de montage trompeur" dans la séquence pendant laquelle la chroniqueuse Christine Angot et l'ex-députée EELV Sandrine Rousseau s'étaient opposées.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancienne secrétaire nationale d'EELV, Sandrine Rousseau (à droite), face à l'écrivaine Christine Angot sur le plateau de l'émission "On n'est pas couché" de France 2, samedi 30 septembre 2017. (FRANCE 2)

Le montage de l'émission et les interventions de Laurent Ruquier sont pointées du doigt. Le CSA a épinglé, mercredi 20 décembre, France Télévisions pour un "manquement" en matière de lutte contre les violences faites aux femmes. Le groupe audiovisuel public a été "mis en demeure", pour une séquence de l'émission "On n'est pas couché" du 30 septembre, sur France 2, lors de laquelle la chroniqueuse Christine Angot et l'ex-députée EELV Sandrine Rousseau s'étaient opposées. La mise en demeure est un avertissement préalable à une éventuelle sanction.

Un "choix de montage trompeur"

Le CSA critique, dans son communiqué, le "choix de montage trompeur" dans cette émission enregistrée, "de nature à nuire à la bonne compréhension du téléspectateur". "La société France Télévisions a choisi délibérément de ne pas diffuser une séquence au cours de laquelle la chroniqueuse de l’émission a quitté le plateau. En revanche, la société a conservé les séquences durant lesquelles l’invitée n’a pu masquer son émotion face à cette attitude et aux propos tenus par les deux chroniqueurs", précise le CSA.

En outre, "les interventions de l'animateur (Laurent Ruquier) ont été caractérisées à plusieurs reprises par une attitude de complaisance à l'égard du parti pris choisi par les chroniqueurs attitrés de l'émission", selon le CSA. Evoquant un "sujet particulièrement grave", le CSA souligne aussi que "les chroniqueurs de l’émission ont longuement, de manière virulente et systématique, sans prendre en compte sa vulnérabilité manifeste, mis en doute l’utilité même de sa démarche sans respect pour sa parole ni pour son engagement".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France Télévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.