Cet article date de plus de huit ans.

Comment sauver sa série préférée ?

Le créateur de "Veronica Mars" a récolté jeudi 2 millions de dollars pour financer le film adapté de la série, annulée en 2007. Preuve que les fans sont capables de se mobiliser pour sauver leur série préférée, avec plus moins de succès.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
Veronica Mars, interprétée par Kristen Bell. (MICHAEL DESMOND / AP / SIPA)

Deux millions de dollars en moins de 24 heures. Ce n'est pas la somme record amassée par le Téléthon américain, mais les promesses de dons des fans de la série Veronica Mars, annulée en 2007, pour qu'un film adapté de leur objet de culte voie enfin le jour.

Son créateur, Rob Thomas, a lancé mercredi 13 mars un appel sur Kickstarter, un site de financement collaboratif, avec pour objectif de récolter 2 millions de dollars en trente jours. Il a suffi d'à peine une journée pour que le projet soit bouclé. WarnerBros., qui détient les droits de Veronica Mars et n'était pas très chaud pour financer le long métrage, avait promis que si Rob Thomas réussissait à démontrer l'intérêt des fans, il produirait et assurerait la promotion et la distribution du film.

Une preuve de plus que les fans sont capables de se mobiliser lorsqu'il s'agit de sauver leur série préférée des limbes de la pop culture. Pionniers du genre : les accros à Roswell, qui a failli s'arrêter en 2000 au bout d'une seule saison. C'était compter sans le dévouement des aficionados de la série, qui ont envoyé 3 000 bouteilles de Tabasco, le condiment préféré d'un des héros, aux dirigeants de la chaîne, The WB. Et hop, Roswell renouvelée pour deux saisons supplémentaires ! D'autres se sont essayés à ce lobbying, avec plus ou moins de succès…

1Jericho (2006-2008)

En 2007, la série postapocalyptique est annulée après une seule saison, faute d'audience suffisante. Les fans, restés sur leur faim avec un ultime épisode laissant imaginer une suite, lancent immédiatement une campagne pour sauver leur show. 

La méthode Envoyer plus de 20 tonnes de cacahuètes à la chaîne CBS. Pourquoi des cacahuètes ? Dans le dernier épisode diffusé, la ville de Jericho est assiégée. Lorsque le général ennemi lui demande de se rendre, le héros lui répond "Nuts !" (littéralement "des noix"), c'est-à-dire "jamais !".

Ça a marché ? Devant une telle mobilisation, CBS s'est laissée convaincre et a décidé de renouveler la série pour une deuxième (et ultime) saison.

2Veronica Mars (2004-2007)

Diffusée entre 2004 et 2007, la série raconte la vie quotidienne d'une lycéenne qui joue les détectives privés. Elle enregistre des scores d'audience très faibles et s'arrête au bout de trois saisons, malgré ses très nombreux fans.

La méthode Les dirigeants de The CW se réunissent le 2 mai 2007 pour décider du sort de la série, et annoncent qu'ils prononceront la sentence le 15 juin. Suivant l'exemple du sauvetage de Jericho, les fans envoient alors un camion rempli de 10 000 barres chocolatées Mars aux dirigeants de la chaîne. En 2006 déjà, lorsque Veronica Mars avait failli ne pas connaître de troisième saison, ils avaient envoyé des DVD de la série à des médiathèques et même payé pour qu'un avion survole les bureaux de la chaîne (lien en anglais) avec une bannière "Renouvelez Veronica Mars ! CW 2006 !" 

Ça a marché ? Malheureusement non, la série est officiellement annulée le 11 juin 2007. Les fans n'ont plus que leurs yeux pour pleurer et pour regarder en boucle la longue bande-annonce de ce qu'aurait pu être la saison 4, en bonus dans le DVD de la saison 3. Le projet de film n'est alors qu'une rumeur, Warner Bros. refusant de financer le projet de Rob Thomas.

3Friday Night Lights (2006-2011)

Deux saisons ont suffi pour que NBC signe l'arrêt de mort de Friday Night Lights, qui narre la vie d'une petite bourgade du Texas et de son équipe de foot américain. Pas assez de téléspectateurs, encore une fois.

La méthode Des sites, des pétitions et surtout l'envoi aux dirigeants de NBC de milliers de petits ballons de foot, d'ampoules – pour le "lights" (lumières) du nom de la série – et de gouttes pour les yeux, référence à la devise des Dillon Panthers, l'équipe de foot fictive de la série : "Clear Eyes, Full Hearts, Can't Lose !".

Ça a marché ? Grosse réussite. NBC signe un contrat de coproduction avec DirecTV, qui s'offre l'exclu des trois nouvelles saisons (39 épisodes) sur sa chaîne câblée 101 Network, qui seront rediffusées quelques mois plus tard sur NBC. Un choix judicieux, puisque la série se voit décerner en 2011, pour sa dernière année, un Emmy Award (meilleur acteur dans une série dramatique pour Kyle Chandler) et un Television Critics Award (meilleure série de l'année).

4Firefly (2002)

Après seulement onze épisodes (sur les quatorze tournés), Firefly, le space western désormais culte de Joss Whedon (Buffy contre les vampires, Angel…) est annulé par Fox en 2002. 

La méthode Les "browncoats", surnom des fans de la série, et les adorateurs de Joss en général mettent le paquet. Pétitions, levée de fonds pour se payer une page de pub dans le magazine spécialisé Variety, envoi massif de cartes postales à Fox, street marketing…

Ça a marché ? Eh non. Mais devant le dévouement des browncoats, Fox sort un coffret DVD de la série, avec les quatorze épisodes originaux ainsi que des bonus. Surprise : plus de 200 000 coffrets sont écoulés, grâce au bouche-à-oreille des fans, et il devient difficile de le trouver en magasin.

Mais ce n'est pas fini. En 2005, grâce aux bonnes ventes des DVD, Universal se laisse convaincre de débloquer un petit budget pour produire une suite et fin à la série, sous forme de long métrage : Serenity. Malgré la mobilisation des fans (marketing viral, organisation de projections…) et plusieurs récompenses, le film est un échec commercial. Régulièrement, des initiatives surgissent lorsque les browncoats s'emparent d'une petite phrase prononcée par Joss Whedon ou l'un de ses acteurs fétiches dans la presse, comme en 2011, avec ce million de dollars de promesses de dons (en anglais).

5Arrested Development (2003-2006)

Cultissime sitcom américaine qui a duré trois saisons, Arrested Development se fait trapper par Fox en 2006, malgré six Emmy Awards (dont meilleure série comique, meilleur scénario et meilleure réalisation la première année de sa diffusion), un Golden Globe et des critiques unanimes. La faute aux audiences, encore une fois.

La méthode Après la première saison, Fox décide d'amputer la suivante de plusieurs épisodes. Les fans, qui devinent que cette décision compromet l'existence d'une suite, adressent les habituelles pétitions et lettres à Fox, mais lui envoient en plus des paniers de bananes en plastique, clin d'œil au stand de bananes glacées que tient la famille Bluth dans la série.

Ça a marché ? Fox rempile pour une troisième saison, mais ne lâche rien en 2008, quand les fans retentent leur chance pour une suite. Les adorateurs de la série ne se nourrissent alors que de la rumeur d'un film, véritable arlésienne qui hante la presse et le net pendant trois ans. Jusqu'à ce jour béni de 2011, où le géant américain de la vidéo (payante) en streaming Netflix annonce avoir acheté les droits de la série. Le tournage de quatorze nouveaux épisodes commence le 7 août 2012, pour diffusion en mai 2013, avec les acteurs d'origine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.