Cet article date de plus d'onze ans.

Columbia a annoncé mercredi qu'elle allait créer un diplôme de niveau maîtrise couplant journalisme et informatique

La prestigieuse université new-yorkaise met en place cette association qui intervient à l'heure où internet bouleverse le paysage médiatique du pays.Selon l'université, le lancement de la formation n'attend plus que le feu vert final du ministère de l'Education new-yorkais.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des étudiants de l'université new-yorkaise Columbia, en mai 2005, fêtent leur diplôme de fin d'études. (Spencer Platt/Getty Images/AFP)

La prestigieuse université new-yorkaise met en place cette association qui intervient à l'heure où internet bouleverse le paysage médiatique du pays.

Selon l'université, le lancement de la formation n'attend plus que le feu vert final du ministère de l'Education new-yorkais.

La formation va "préparer une nouvelle génération de professionnels avec des compétences dans les aspects techniques des médias numériques et de l'information", a précisé Columbia dans un communiqué. Elle "produira des diplômés avec des aptitudes à la fois éditoriales et technologiques pour créer de nouvelles applications et des outils en ligne qui peuvent contribuer à redéfinir le journalisme dans un environnement (...) qui évolue rapidement", a indiqué l'université.

Les inscriptions pour ce "Master" en sciences informatiques et journalisme seront ouvertes à l'automne et la formation se déroulera sur cinq semestres.

"Ce devrait être l'âge d'or du journalisme; plus de gens ont accès à plus de sources d'informations qu'à aucun autre moment de l'Histoire", a relevé le doyen de l'école de journalisme de Columbia, Bill Grueskin. "Mais la plupart des groupes de presse n'ont pas encore adopté totalement la révolution numérique".

"A notre connaissance, c'est le premier programme vraiment intégré du genre", a relevé de son côté Shree Nayar, professeur d'informatique de l'université.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.