Cet article date de plus de dix ans.

Ce site qui va être créé par des dissidents de Wikileaks vise à faciliter les fuites directement aux médias

Le site OpenLeaks permettra à des medias partenaires de recevoir des informations, explique l'ancien porte-parole allemand de WikiLeaks, Daniel Domscheit-Berg.Crée en 2006, WikiLeaks spécialisé dans la publication de documents confidentiels provoque une tempête diplomatique en diffusant des milliers de télégrammes diplomatiques américains.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le logo du site OpenLeaks

Le site OpenLeaks permettra à des medias partenaires de recevoir des informations, explique l'ancien porte-parole allemand de WikiLeaks, Daniel Domscheit-Berg.

Crée en 2006, WikiLeaks spécialisé dans la publication de documents confidentiels provoque une tempête diplomatique en diffusant des milliers de télégrammes diplomatiques américains.

"OpenLeaks est un projet technologique qui a pour but d'être un fournisseur de services aux tiers qui veulent pouvoir recevoir des informations de sources anonymes", déclare M. Domscheit-Berg dans un documentaire sur WikiLeaks qui sera diffusé dimanche 13 par la télévision suédoise SVT, que l'AFP a visionné.

Pour sa part, Herbert Snorrason, un étudiant en histoire de 25 ans débarqué de WikiLeaks après un conflit avec Julian Assange explique que Open Leaks ne recevra ni ne distribuera de l'information. "Nous nous associerons à des organisations qui auraient une 'boîte de réception' sur leurs sites", dit-il.

"Si le journal X est un de nos partenaires, ce journal aura un lien
+Envoyez-nous des informations anonymes+ sur son site. Les gens pourront cliquer sur ce lien et faire suivre leurs informations sans risque que l'information permette de les retrouver", ajoute-t-il.

Un système permettra aux autres médias partenaires d'y avoir accès.

Dans le documentaire de SVT, Daniel Domscheit-Berg et Herbert Snorrason expliquent avoir quitté WikiLeaks en raison de désaccords avec Julian Assange sur la stratégie à mener pour le site, ainsi que des conflits personnels.

Ils évoquent des problèmes de transparence et se plaignent de "l'attitude dictatoriale" de Julian Assange. Le fondateur de WikiLeaks est en détention depuis le 7 décembre 2010 à Londres en vertu d'un mandat d'arrêt international lancé par la Suède pour une affaire de rapports sexuels non consentants ou effectués sans préservatif.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.