Cet article date de plus de douze ans.

Canal+ est renvoyé devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir espionné des salariés, dont Bruno Gaccio

La juge d'instruction Jeanne Duyé a renvoyé devant le tribunal la chaîne cryptée en tant que personne morale pour "complicité d'atteinte à la vie privée", selon des sources proches du dossier citées par l'AFP.L'enquête avait été ouverte en 2005.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien responsable de la sécurité de Canal+, Gilles Kaehlin (12 mai 2005 à Paris) (AFP/JACK GUEZ)

La juge d'instruction Jeanne Duyé a renvoyé devant le tribunal la chaîne cryptée en tant que personne morale pour "complicité d'atteinte à la vie privée", selon des sources proches du dossier citées par l'AFP.

L'enquête avait été ouverte en 2005.

Un ancien employé des services de sécurité de la chaîne et ex-agent de la DGSE (direction générale de la sécurité extérieure), Pierre Martinet, avait affirmé dans un livre avoir personnellement filé et photographié Bruno Gaccio, ancien auteur des Guignols, à la demande de l'ancien responsable de la sécurité de Canal+, Gilles Kaehlin et de son adjoint, Gilbert Borelli.

Outre Canal+, MM. Kaehlin, Borelli et Martinet sont renvoyés en correctionnelle. Un ancien policier et un agent de France Télécom, soupçonnés d'avoir transmis au service sécurité de Canal+ des listes d'appels du portable de Gaccio, vont eux aussi comparaître.

Le parquet de Paris avait requis début février le renvoi en procès de ces cinq personnes et de la chaîne cryptée. Les réquisitions du parquet visent notamment les chefs de violation du secret professionnel, atteinte à l'intimité, violation de domicile et recel de violations du secret des correspondances.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.