Cet article date de plus de cinq ans.

INA : Bercy reproche à Mathieu Gallet des "irrégularités" concernant de coûteux contrats

"Le Canard enchaîné" révèle, mardi, ces "dysfonctionnements" portant sur des marchés passés, sans mise en concurrence, par l'actuel président de Radio France et ancien patron de l'INA, avec des consultants.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président de Radio France et ancien dirigeant de l'INA, Mathieu Gallet, le 8 avril 2015 au siège du groupe public à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)

Les révélations se poursuivent pour Mathieu Gallet. Un service de contrôle de Bercy pointe des "dysfonctionnements et irrégularités" dans des contrats passés, sans mise en concurrence, avec des consultants par Mathieu Gallet, actuel PDG de Radio France, quand il présidait l'INA, entre 2010 et 2014. Le Canard enchaîné, à paraître mercredi 6 mai, révèle cette affaire qui concerne des contrats estimés à plusieurs centaines de milliers d'euros.

L'hebdomadaire cite les conclusions d'une note du 10 avril du Contrôle général économique et financier (CGEFI), un service du ministère de l'Economie qui contrôle la gestion de l'argent public. Le journal en a obtenu une copie et en reproduit un extrait.

Des contrats avec OpinionWay 

Parmi les marchés incriminés figurent des contrats avec les sociétés OpinionWay puis Balises, pour un montant total de près de 250 000 euros, passés sans mise en concurrence, une procédure pourtant obligatoire, selon Le Canard enchaîné. Or, souligne l'hebdomadaire, Denis Pingaud, actuel conseiller en communication de Mathieu Gallet à Radio France, préside la société Balises. Et il était vice-président d'OpinionWay lors de la signature des contrats avec l'INA.

Pour un autre contrat de 119 000 euros, passé en 2011 avec le cabinet Bernard Spitz Conseil, "il n'a (...) pas été trouvé trace d'une mise en concurrence par courrier ou mail", indique aussi la note du contrôleur d'Etat, citée par l'hebdomadaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.