Cet article date de plus de douze ans.

Ancien grand reporter à France 2, Philippe Dumez est décédé cette semaine à l'âge de 70 ans

Il fut le premier chef de service de l'internet France 2 et lança France2.fr, en 1996, il y a quatorze ans.Ce grand reporter débuta comme caméraman pour le journal de France 2 et le magazine "Cinq colonnes à la une". Ses images de la chute de Saïgon, en 1975, firent le tour du monde.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Philippe Dumez

Il fut le premier chef de service de l'internet France 2 et lança France2.fr, en 1996, il y a quatorze ans.

Ce grand reporter débuta comme caméraman pour le journal de France 2 et le magazine "Cinq colonnes à la une". Ses images de la chute de Saïgon, en 1975, firent le tour du monde.

Il filma aussi les charniers et les camps découverts au Cambodge après le renversement du régime khmer rouge. Des années plus tard, interrogé sur le sujet, il disait : "il y a des choses qu'on ne devrait pas voir".

C'est sans doute pour avoir vu, filmé et retransmis de trop nombreuses atrocités que cet homme sensible avait souhaité abandonner le métier de cameraman pour celui de rédacteur, un passage à l'époque peu pratiqué. "On m'attendait au tournant", racontait-il.


Pendant des années, il fut chargé de la rubrique scientifique -avec un faible pour la conquête spatiale - et présenta, épisodiquement, la météo, avant d'être nommé, en 1993, à la tête du service télétexte de France 2. C'est lui - et il n'en était pas peu fier - qui lança en 1996 le site Internet France 2.

Philippe Dumez a laissé le souvenir d'un homme chaleureux et attentif à autrui. Toute la rédaction interactive de France Télévisions s'associe à la douleur de ses proches.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.