24ème jour de grève à Radio France

Au 24ème jour de la grève la plus longue depuis 1968 pour le groupe audiovisuel, les discussions doivent se poursuivre ce samedi pour tenter de trouver une issue au conflit. Le médiateur et les syndicats ont rendez-vous à 15 heures. Vendredi, les premiers échanges ont été qualifiés de "positifs" par les syndicats.

(Entamée le 19 mars, la grève à Radio France a été reconduite jusqu'à lundi © Maxppp)
Peut-être un pas vers une sortie de crise à Radio France après plus de trois semaines de conflit. Le reportage de Sébastien Baer
--'--
--'--

Les premières discussions entre l'intersyndicale et le médiateur nommé par le gouvernement Dominique-Jean Chertier ont eu lieu vendredi à la Maison de la Radio. Sept heures de discussions qualifiées de "positives" par les syndicats.  "C’est la première fois depuis très longtemps que nous dialoguons avec un partenaire ", expliquait Jean-Paul Quenesson, corniste et représentant du syndicat SUD à la sortie de cette première rencontre.

"Il a une grosse capacité d’écoute et également de synthèse des impressions que nous pouvons lui faire remonter sur ce conflit qui n’a que trop duré. On a balayé les quatre préavis de grève et ce qui est ressortit c’est qu’effectivement le dialogue social est singulièrement grippé à Radio France "

"Ce qu’on attend désormais ce sont ses conclusions et il rencontre également la direction. Nous sommes très pressés  de voir comment on peut trouver des pistes " pour sortir du conflit, a poursuivi Jean-Paul Quenesson.

Une bonne impression également partagée par Bertrand Durand, technicien d'antenne et délégué CGT du personnel.  "Il y a un changement du tout au tout. On passe d’un non dialogue social à une qualité d’écoute qui vraiment est impressionnante, mais qui ne préjuge en rien de ce que seront les décisions après que le médiateur ait vu et la tutelle et la direction de Radio France ", a-t-il cependant prévenu.

"La situation est extrêmement sensible" (médiateur)

C’est donc peut-être un pas vers une sortie de crise après trois semaines de conflit. Même si Dominique-Jean Chertier confiait hier que la situation était délicate. "Les échanges se sont faits d’abord avec des gens qui connaissent leurs métiers, très professionnels, très précis, sans aucune agressivité. Ce sont des représentants du personnel qui sont engagés dans un conflit depuis maintenant plusieurs semaines et la situation est quand même extrêmement sensible. Sur les conflits qui durent très longtemps, le temps n’arrange jamais les choses ", explique le médiateur qui a l’espoir d’aboutir à une fin de la grève d’ici dimanche soir. "Maintenant, ça ne dépend pas uniquement de moi ", a-t-il souligné.

"Même si nous avançons, il est difficile de dire aujourd’hui que la grève pourra être levée " d’ici dimanche, expliquait vendredi soir Bertrand Durand de la CGT. Le médiateur et les syndicats ont de nouveau rendez-vous à 15 heures ce samedi. Une nouvelle assemblée générale est prévue lundi à 10h.