Cet article date de plus de sept ans.

Maltraitance animale : deux nouveaux abattoirs visés

Pour la quatrième fois en huit mois, l'association L214 dévoile de nouveaux cas de maltraitance animale dans des abattoirs français. Deux établissements de l'Hérault et des Alpes-Maritimes sont visés.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Les abattoirs de Pézenas dans l'Hérault et du Mercantour dans les Alpes-Maritimes, accusés de maltraitance sur des animaux par l'association L214 © capture écran site association L214)

De nouvelles vidéos, auxquelles le journal Le Monde a eu accès en exclusivité, témoignent de violences sur les animaux dans des abattoirs en France. Les deux établissements visés cette fois-ci sont ceux de Pézenas dans l'Hérault, et du Mercantour à Puget-Théniers dans les Alpes-Maritimes. L'association L214 a pu tourner en caméra cachée plusieurs vidéos glaçantes, grâce à la participation d'employés de ces abattoirs.

"Les images se suivent et se ressemblent"

Les images, encore une fois insoutenables, montrent des sévices graves et des infractions commises sur des bovins, des moutons, des cochons et des chevaux. "Dans l'abattoir de Pézenas, par exemple, des chevaux sont tirés par un treuil à l'intérieur d'un tonneau; des animaux reprennent conscience sur la chaise;  un employé crève l'oeil d'un mouton car il l'a un peu énervé ", détaille Sébastien Arsac, porte-parole de l'association L214.

"Les exemples se suivent et se ressemblent" Sébastien Arsac de l'association L214

"On se pose des questions sur l'efficacité des contrôles"

Après les cas de maltraitance révélés à Alès, au Vigan (Gard) et à Mauléon (Pyrénées-Atlantiques), Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture avait demandé des inspections dans tous les abattoirs de France. Mais le porte-parole de L214 s'interroge sur l'efficacité des inspections. 

"Ce sont des choses qu'on n'imaginait pas trouver après les inspections demandées par Stéphane Le Foll."   Il précise que les images de l'abattoir du Mercantour "datent de fin mai début juin, plus d'un mois après les inspections générales dans tous les abattoirs" , celles de Pézenas "ont été faites après les inspections généralisées ". 

A LIRE AUSSI ►►► Stéphane Le Foll veut créer un délit de maltraitance animale

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.