Macron en visite dans une Scop, "pas là pour corriger [son] image"

Le nouveau ministre de l'Économie Emmanuel Macron était en déplacement dans la Manche ce mardi, pour rendre visite aux salariés de l'entreprise Acome. Il en a profité pour revenir sur la polémique des 35h. Il a également affirmé vouloir "s'atteler à améliorer la participation des salariés dans les entreprises".

(Emmanuel Macron en visite dans les locaux de l'entreprise Acome © MAXPPP)

Emmanuel Macron n'a pas choisi son premier déplacement de ministre de l'Économie au hasard. Une semaine après sa nomination en remplacement d'Arnaud Montebourg, il s'est rendu ce mardi à Romagny dans la Manche, pour rencontrer les salariés de la plus grande société coopérative et participative (Scop) de France, l'entreprise Acome, spécialisée dans les fils et câbles auto, et le câblage télécoms.

Très entouré, Emmanuel Macron a répondu d'emblée à la question de savoir si lui, l'ancien banquier d'affaires dont la nomination a été critiquée à gauche, était venu là pour une question d'image, de proximité avec les ouvriers. Réponse : "Je ne suis pas là pour corriger une image qu'on me donne ". 

Clôture de la polémique sur les 35h

Sur le fond, revenant sur le modèle de la Scop - "une forme de l'entreprise " parmi d'autres, car "l'entreprise, c'est pas seulement le grand capital " -, Emmanuel Macron a dit vouloir s'atteler à un chantier prioritaire à Bercy. Il souhaite "améliorer la participation des salariés dans les entreprises ", car dit-il "c'est une mesure d'efficacité, de compétitivité et de justice ".

Le ministre de l'Économie n'a pu échapper à une question sur les 35h. La semaine dernière, il se disait à titre personnel favorable à autoriser les entreprises à y déroger, dans un entretien réalisé avant mais publié après sa nomination dans le magazine hebdomadaire Le Point . Il a souhaité clore la polémique, parlant d'un "débat mal posé ".

Emmanuel Macron : "Non, je ne pense pas qu'il faille aujourd'hui déroger de manière législative aux 35h"
--'--
--'--