Cet article date de plus de douze ans.

LU et Kraft Foods suppriment des emplois

Les dirigeants ont expliqué cette réduction par la réorganisation des activités commerciales et des sièges
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'entreprise Lu à La Haye-Fouassière (© AFP - Frank Perry)
Les dirigeants ont expliqué cette réduction par la réorganisation des activités commerciales et des siègesLes dirigeants ont expliqué cette réduction par la réorganisation des activités commerciales et des sièges

Les directions des deux sociétés avancent le chiffre de 60 suppressions nettes entre des nouveaux postes créés et des redéploiements dans le cadre de la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC).

Selon une source syndicale, il est prévu des départs volontaires et, si nécessaire, des licenciements.

Le groupe agroalimentaire français Danone avait cédé en 2007 au groupe américain Kraft Foods son pôle biscuits et produits céréaliers, qui correspond en France à LU. Kraft Foods France (Carte Noire, Grand'Mère, Côte d'Or, Toblerone...) et LU France (Le Petit Ecolier, Mikado, Tuc...) veulent une "organisation commune simplifiée" car "dans un contexte économique difficile", Kraft Foods en France doit "enrayer l'érosion de ses parts de marché", ont justifié les directions.

Selon un communiqué du comité central d'entreprise (CCE) de LU France, certains métiers vont être transférés "au siège européen de Zurich ou dans des centres de compétences partagés à Bratislava (Slovaquie) et/ou Madrid (Espagne)".

D'après une source syndicale, la nouvelle organisation "vise à faire remonter les bénéfices à Zurich pour échapper à la fiscalité française", ce qu'a démenti la direction.

"Nous voulons continuer à créer de la valeur en France", a déclaré un porte-parole à l'AFP. Les directions soulignent que la réorganisation "ne concerne pas l'activité des sites industriels de Kraft Foods et de LU en France et n'a pas de conséquence sur l'emploi des sites industriels". Kraft a pris l'engagement en 2007 pour la France de n'annoncer aucune fermeture de site industriel dans les trois ans. Le CCE de LU France craint que les suppressions de postes annoncées soient "le début d'une restructuration plus globale", Kraft ayant fermé récemment une usine en Roumanie, à Brasov (440 salariés), et cédé une usine en Espagne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.